Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

jeudi 26 juillet 2012

L'islamophobie condamnée et combattue

Nouredine Rachedi après son agression en 2008
Avant, on disait: j'aime pas les arabes, les maghrébins, ceux qu'on appelait les" bougnoules", terme au départ de woluf signifiant noir et par extension injure contre les nords-africains, ou les ratons...
Je met ici une page très instructive liant bien le racisme contre les maghrébins d'origine au colonialisme et à la religion musulmane




Les termes insultants concernant les populations d'Afrique du Nord portaient anciennement sur leur paganisme. Mahom, Mahométan, Païen étaient les termes les plus fréquemment employés. Parfois tout musulman était assimilé à un Turc. Toutefois, les insultes réelles ne commencent qu'avec la colonisation et elles en sont le  produit.



1. Un Nord-Africain n'a pas de nom de peuple

La mentalité coloniale dénie aux autochtones le droit de se nommer collectivement et elle va faire des noms particuliers des noms péjoratifs. Il existait dans l'Algérie coloniale différentes catégories de populations : les Français, les Espagnols, les Italiens, les Juifs (tardivement émancipés sous la III
e République) et puis... les Indigènes. Le terme indigène était le nom officiel pour toutes les populations arabes ou kabyles dans les recensements.

Il ne faut donc pas trop s'étonner de voir que le nom
arabi devienne par syncope arbi en 1858.  Le terme est violemment péjoratif, il englobe aussi tout indigène. On peut se demander si les formes larbin et l'arbi ne se sont pas influencées alors mutuellement : l'Arabe était le larbin, le domestique, le subordonné.

De l'
arbi, on passe à l'arbicot (1861) par suffixation (cf. Prusco) ou par emprunt à l'italien arabico, puis bicot (1892) par aphérèse. Il existe aussi des formes apocopées comme bic ou bique. Le contexte xénophobe permet d'expliquer l'animalisation de l'Arabe, il est assimilé à une bique ou chèvre, à un bicot ou petit chevreau. On lui dénie toute humanité et on en fait une bête soumise au fermier, incapable de toute réflexion. On peut même se permettre des réflexions sur le physique ou sur le langage, l'Arabe bêle et ne parle pas. Il faut remarquer que le terme hypocoristique biquet de la même famille n'est jamais utilisé, on emploie la forme dévalorisante en -ot.

L'Arabe, ce n'est qu'un indigène, donc cela n'est qu'un noir. Le mot d'origine ouolof bougnoul(e) désigne la couleur noire, il s'est appliqué à partir de 1890 dans le contexte des colonies à tous les indigènes et donc aussi aux Arabes ou Amazighen. C'est à partir du XX
e s. et dans le contexte de la guerre de Libération que le terme se spécialise pour les Nord-Africains.

2. La femme nord-africaine est une moins que rien


La mentalité coloniale dégrade avant tout l'image de la femme et cela d'autant plus fortement qu'elle est la gardienne des traditions. Elle devient l'équivalent d'une prostituée, d'une femme sale, vulgaire, d'une servante de bas étage, d'une traînée.


Si on n'emploie pas
bicot ou arbi pour les femmes, on trouve des termes avilissants pour les femmes et on les emprunte toujours au vocabulaire du colonisé. Ainsi, la moukère ou mouquère (1830) devient très vite une pute (1878), puis la pute devient en retour le nom de toutes les femmes arabes dans des chansons racistes. Or le mot vient du latin mulier par l'intermédiaire de l'espagnol mujer, puis du sabir mujera

Plus grave est l'emploi du nom
fatma. Le terme (1899) dérive du nom de Fatima la fille du prophète. Il existe un dérivé fatmuche avec suffixation proprement française. La négation du nom le plus sacré est comparable à celle de l'emploi de mohamed pour tout Arabe. On a désigné ainsi d'abord les domestiques, puis les prostitués et enfin toutes les femmes arabes. La syncope exprime le mépris.

3. Les titres de politesse sont ridicules


L'une des pires insultes est
crouille (1917). On y trouve toutes les plus sales connotations par les sonorités. On trouve aussi les formes crouill', crouilla, crouillat, crouya; crougna, krouïa, crouilledoche. Pourtant le terme vient de ('a) huya, « mon frère », terme de politesse fréquent.

Moins violent et plus dérisoire est sidi.  Le mot veut dire « monsieur, monseigneur » à partir de 1847 en français. Un
sidi est rabaissé dans l'ordre social, mais le terme n'est pas associé à la même violence que le crouille. 

4. Tous des casseurs !


Le
fellaga ou fellagha (1915) est d'abord un « coupeur de route » à partir du pluriel de fellag pris comme un singulier. Il devient  synonyme de terroriste ou d'indépendantiste à partir de 1954.  Sa resuffixation populaire en félouze, félouse (1958) contient la même terminaison que barbouze, tantouze, etc.

5. Pas des hommes


Un procédé courant du racisme est l'animalisation. Cela s'exprime d'abord dans le terme
raton (1937) qui doit sa motivation à l'enfant initié au vol (1836) sans aucun rapport avec le monde arabe. L'Arabe est supposé voleur comme le rat (1821), mais il est aussi lié à ce qui semble le plus bas dans la création : le rat qui est associé à la saleté, à l'avarice, à la laideur. Les dérivés sont nombreux : ratonner, ratonnade, ratonneur. Tous sont liés au contexte de la guerre d'Algérie et perdurent.

Un autre procédé de réduction consiste à refuser toute intelligence et surtout toute énergie. Ainsi le melon (1962) est une forme de simplification par le fait de considérer l'autre comme un être non humain. On trouve la même idée dans le
tronc-de-figuier (1913), par ellipse le tronc (1926), ou le pied-de-figuier (1952). Ces plantes ne bougent pas, ne travaillent pas. L'homme véritable est le cultivateur, donc le colon. On retrouve la même idée raciste dans avoir les pieds en cosses de melon (1977) pour être paresseux.

Une dernière forme de déshumanisation consiste à traiter l'autre comme s'il était homosexuel, donc en lui déniant toute virilité dans son présupposé. Ainsi
être de la pointe bic avec un jeu de mots sur les stylos bic signifie être homosexuel et porté sur les Arabes que l'on imagine prêts à se prostituer.

6. Des désignations qui ont un effet boomerang

L'emploi des différents termes verlans comme
beur, beurette, rabza, reubeu, beureu est extrêmement dangereux parce qu'ils sont repris par les racistes exactement comme arabi auparavant. Ce n'est pas en changeant les noms que l'on change les choses, les noms sont toujours repris avec des associations dénigrantes. Brouiller les pistes ne sert à rien, au contraire.

Puis nous avons eu dans les années 80 la marche des beurs, la reconnaissance enfin de ces français dans leur intégrité, SOS racisme, la LICRA, le MRAP.
On pensait en avoir fini une bonne fois pour toute avec ça: le racisme a été combattu, dénoncé, on pensait que les mentalités allaient changer.
C'était sans compter avec le 11 Septembre: cela fournissait enfin aux racistes l'occasion rêvée d'exprimer leurs penchants en pouvant enfin clamer leur haine du Nord-Africain devenu français depuis 2 ou trois générations, en contestant sa citoyenneté de manière insidieuse, persiflante et surtout hypocrite...
Comme on ne pouvait plus dire : j'aime pas les arabes...
Ils disent maintenant: j'aime pas les musulmans...
Pratique, on ne peut pas être sanctionné pour ça...


En principe, oui. On a le droit de ne pas aimer une religion, ni ceux qui la pratiquent...
Mais ça ne donne pas droit aux insultes, aux dénigrements, aux diffamations, et bien entendu si rien n'est fait: aux coups et blessures, aux saccages, aux actes gratuits violents inacceptables...
Moi par exemple, je n'aime pas les scientologues, mais je les plains plus que je les déteste et il ne me viendrait pas à l'idée de les insulter.
Je ne boycotte même pas les films de Tom Cruise ou Travolta, c'est dire...

Car le fait de ne pas sanctionner voire encourager le déchaînement de haine contre une population ciblée, en diffusant cette haine par médias, discours, sites internet etc... a abouti à des exactions gratuites et terriblement violentes vis-à-vis de ceux qui en ont été victimes.
Or, ce genre de délit commence à être reconnu et sanctionné et la Presse commence timidement à s'en faire l'écho.

Un exemple: Nouredine Rachedi , jeune homme de 30 ans, statisticien, sans aucun antécédent de pratique intégriste ou de délinquance...Je signale ces détails car c'est principalement ce que les islamophobes relèvent pour justifier leur acharnement contre ce type de population française. A les entendre, toute personne issu de cette diversité a un risque quasiment fondé de tomber dans ces travers...
Nouredine Rachedi s'est donc fait passé à tabac par des personnes se déclarant nazis au simple motif qu'il est musulman( lien ici).
Son agression vient d'être reconnue récemment et ses agresseurs condamnés.
Il a heureusement reçu le soutien en appel du collectif Indigènes pour la République, du MRAP, du CCIF, de la Ligue des droits de l'Homme etc...
Et la condamnation des agresseurs a été enfin acquise pour "motifs religieux"! Après 4 ans...
Personne dans la Presse Nationale pour communiquer ce résultat: voici l'annonce du verdict trouvé dans un site marocain...Belle image de la France...
18 mois de prison avec sursis , 15000 euros d'amendes. On peut regretter sincèrement l'absence de prison ferme. Voici la tête de Nouredine Rachedi juste après l'agression:


Mais c'est déjà une belle victoire pour lui et un pas vers la reconnaissance du caractère raciste de l'islamophobie.


Autre fait avec deux autres acteurs:
Un lyonnais ayant repris un bouchon dans la capitale de Rhône-Alpes se fait violemment agressé dans son restaurant, passé à tabac ainsi que son frère, saccager son restaurant.
Cela est l'oeuvre du Bloc Identitaire qui a élu domicile en toute impunité dans le Vieux Lyon.
Les hommes agressés sont d'honnêtes personnes mais de religion musulmane. Il faut dire que depuis l'installation de cette milice d'extrême-droite liée à cette mouvance raciste islamophobe, les agressions gratuites et les dépravations se sont succédés et les gens du quartier en avaient marre de l'impression d'impunité dont les identitaires semblaient bénéficier.
Dans toutes les villes où cette engeance s'est installée, les mêmes phénomènes se produisent. On en trouve à Lyon, et Toulouse...par exemple.
Mais il se trouve qu'on vient de les arrêter. Auront-ils un traitement de "faveur" aussi? il y aura-t-il deux poids deux mesures dans la presse?


Il se trouve qu'on fait les gros titres sur une affaire sordide de contrôle de personne portant le voile intégral à Marseille, un fait divers qui a dégénéré.
Et d'une, ce n'est pas malin effectivement de ne pas respecter la loi. Et non seulement la personne était en effraction, mais les policiers sembleraient l'avoir été aussi. Des coups et blessures ont été constatés des deux côtés.
Mais c'est tellement plus important de focaliser sur un épiphénomène, tellement plus vendeur...


On nous dit que les agressions à caractère islamophobe régressent depuis la prise de fonction de François Hollande. D'aucuns dans la même période ont crié à la censure qui devrait arriver et à l'atteinte de leurs droits...de propager la haine et la conséquence étant ces deux agressions sordides et honteuses sur des innocents que j'ai raconté plus haut?
Pour l'instant, la censure se fait d'elle-même dans les médias pourtant...
Mais il est sûr, que pas à pas, l'islamophobie est de plus en plus combattue. Le chemin est long mais les récents évènements sont encourageants.
Et cela appartient à tous de lutter contre la persécution d'innocents, agressés et bafoués dans leurs droits parce qu'ils ont le malheur d'être "musulmans d'apparence", leur étoile à eux, ils la portent dans leur peau.
Ne laissons pas  ce qui s'est passé avec les juifs recommencer maintenant avec ceux qu'on discrimine à cause de leur religion et de leur apparence....

14 commentaires:

  1. Sibilio louis7/26/2012

    Article très documenté et passionnant ! Mais je m'interroge quelquefois, Rosa, et je décourage de la fraternité entre les hommes et du respect ! Ton texte est percutant, bien ficelé mais qui va-t-il touché ? Des anti-racistes comme moi ! <Les autres, les racistes se gausseraient et reprendraient à leur compte toutes les insultes répertoriées ici ! Je ne baisse pas les bras, non ! Je suis en colère et contre les tarés, je sais qu'elle est mauvaise conseillère ! Pourtant que de larmes étouffées, de dents serrées sous la gouaille et le doigt de l'insulte ! Bon dieu que ce serait bon, juste une fois, une grande claque dans leur gueule !
    Agir par l'éducation à l'école, seule méthode pour apprendre à vivre ensemble !
    Savent-ils au moins, nos Maurels, Morins, Maurillons, éventuellement racistes provençaux que leur patronyme "fils de Maure", leur fut attribué par l'Eglise quand enfants nés de la diversité (occupation de la Provence par les maures) ils furent baptisés ainsi de père maures inconnus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que je fais sur cet article, informer et éviter la contagion, si la presse normale ne le fais pas, c'est à nous de le faire.
      Ne pas baisser les bras et continuer sans relâche.
      Nos idées sont nobles, elles sont plus facile à porter.
      Les leurs sont basses et surtout axées sur le manque de compréhension, le rejet de ce qu'ils ne comprennent pas, en font des boucs émissaires de leurs peurs.
      Ce sont au mieux des préjugés qui tombent face à la réalité, au pire des délires.
      Cela ne résiste pas dans le temps.
      Et notre monde a changé.

      Supprimer
  2. Baptiste N.7/26/2012

    A minima : Ne fait pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse .

    C'est une résurgence constante que celle du dénie de l'autre. C'est aussi, une façon de se donner l'impression d'exister. Cela me fait penser (dans une moindre mesure) a ces gens, vous et moi, qui entende quelque chose de la bouche de quelqu'un, et qui se sente l'obligation de le contester. Manière de dire, que nous savons plus, mieux, ce qui est vrai ...

    C'est tellement agaçant.

    Mais comme disait Lacan (par extension), nous avons besoin d'amour, de preuves d'amour. Et d'interpeller l'autre, dans un conflit, semble être une façon comme une autre de rechercher son approbation - son existence.


    Je pense que votre article ne s'adresse pas à celles et ceux qui "pratique" ce genre de discriminations, mais sans doute à celles et ceux qui les laisse passer. N'en sont ils pas moins coupables pour autant ? Il ne s'agit pas de punir, celui qui "collabore" passivement, mais bien de dénoué les fils d'une rancœur archaïque. Preuve en est que même les mensonges et les haines, comporte une histoire. Et c'est sortir de l'Histoire que les (r)éprouvés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, ils ne sont pas conscients de ce qu'ils font.
      Si on accordait dans les médias la place des agressions islamophobes à la hauteur des agressions antisémites, le sentiment diffus de peur laisserait place à la réalité et la réprobation.
      Il faut se battre pour cela.
      Merci!

      Supprimer
    2. Baptiste N.7/26/2012

      C'est en effet exact. Loin de moins toute idée conspirationniste, cependant il me semble que le monde tourne contre une idéologie (pour faire large) lié a son époque.

      Aujourd'hui, comme vous le faites très judicieusement remarquer, le 11 septembre a canaliser, les peurs et les ignor-ants-ances.

      Le drame, c'est que cette réalité, qui devait toucher en priorité les états-uniens (moche :)), c'est généralisé aux mondes occidentaux ! C'est là où tout retourne a ces anciens clivages : Chine + Russie contre USA & co (Pour faire simple).

      J'en viens donc a mes conclusions, fortes elles aussi d’ignorance, concernant les habituels vecteurs de dissensions. Pouvoir, argent, influence.

      Les médias, n'y échappe pas, dans la simple mesure ou l'argent est une constante via l'audimat, l'aspect entrepreneurial, les liens ténu avec les riches/les puissants/l'argent.

      Et encore une fois vous avez raison, car, les seuls médias viable semblent être un flux d'individu à individu.

      Les limites étant le coté consumériste de l'affaire, le manques de connaissances, l'aspect divertissant. j'en reviens, au fait que la connaissance est liée au travail. Ce même travail est originaire d'un intérêt. Et a moins, de provoquer la rétention chez l'individu , il sera difficile de l'amener a ce concerner pour tel ou tel sujet.

      Bref, difficile de lié information et sens. J'encourage votre démarche, qui semble vaine, toutefois elle a le mérite d'exister.

      N.B : je me dis que les gens ne manques pas d'informations, il manque peut être de pratique, pratique de la sympathie.

      Supprimer
    3. Ne jamais sous-estimer l'impact d'une idée ou d'un texte. En effet, ce que l'on lit, on l'intègre un peu et on le relaye.
      En soi, un blog n'est pas grand chose mais si les personnes sont touchées par ce qu'elles lisent, cela se ressent. Ne jamais sous-estimer la force d'une idée.
      Rien n'est vain, aussi certain qu'une montagne peut accoucher d'une souris, il est aussi sûr qu'un battement de papillon en Chine fait une tornade aux USA

      Supprimer
    4. Baptiste N.7/26/2012

      Oui, je m'attendais a être repris de volée (avec délicatesse :) ), j'ai nié ce qui était attribut de l'être humain : sa capacité a "ressentir" (5sens et autres).

      Je ne suis que trop d'accord avec vous, c'est parce que je ne comprend pas (et parfois je cesse d'essayer de les comprendres, a tord) les comportements contraires que j'ai réagis vivement. Ce que je crois, c'est que les choses ne changeront pas, elles ne le peuvent pas. Ce que j'ignore, c'est à quels endroits, à quels niveaux, sous quels formes elles vont reparaître.

      Dans mon idée, les "injustices", sont semblables aux tabous, ils ne disparaissent pas, ils changent d'objets.

      Histoire sans fin, pour l'humanité, par pour l'humain que je suis. Néanmoins, je me répète (la sénilité sans doute), je conçois fortement qu'il faut ne pas rester inactifs pour autant.

      Supprimer
  3. Commentaire refusé : islamophobie galopante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette censure sera ma Légion d'honneur !

      Supprimer
    2. quand on est condamné, on ne peut plus l'avoir.
      Estimez-vous heureux que je vous modère.

      Supprimer
  4. Commentaire pornographique refusé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai toujours les preuves dans ma boite mail!

      Supprimer
    2. Baptiste N.7/27/2012

      Vous n'avez rien a prouver, c'est votre blog ! il faudrait que les gens le comprenne a la fin.

      Supprimer
  5. Anonyme5/18/2013

    Typically these varieties of problems are connected to the
    skin with the smaller stalk. The organic mole elimination course of action is a time consuming strategy.


    My blog post :: sozialreferat.com

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer