Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

lundi 1 octobre 2012

Le Niveau Zéro de l'Occident






Une image qui m'a frappée hier juste avant de monter dormir. Je regarde souvent la série la plus débile possible afin de laisser fatiguer mon cerveau le soir: c'était  les Experts Manhattan.
Cette image: un des héros devant une palissade grisée, dans l'écume ardoise de la nuit new-yorkaise, seul face à ces grilles. La caméra recule et on voit un carré immense: du rien, le niveau zéro, Ground Zéro.
Et là, me frappe cette idée insolite: pourquoi avoir laissé ces vides? Pourquoi en faire un mémorial?
Je pense à tous ces monuments détruits chez nous, ces immeubles, ces cathédrales victimes de bombardement, et je revois en filigrane la célèbre porte de Munich juste après la Guerre. Je revois Amiens. Et je pense à ces deux villes que je connais, ou rien ne subsiste des bombardements,  ou la vie a repris son cours. Je vois le Liban, détruit tant de fois et reconstruit ensuite après chaque guerre.
Et je vois ces carrés sales, gris, poussiéreux au milieu de cette ville qui sont devenus bleus clair, presque bleu filasse.
Ces tours: elles étaient hautes, triomphantes, franchement laides. Elles n'avaient qu'une trentaine d'années. Elles ne manquent pas tant que cela dans le paysage. Ce sont les victimes qui manquent et les familles le vivent tous les jours, en en gardant les cicatrices.
Alors pourquoi vouloir faire ce mémorial? Pourquoi en faire un monument aussi démesuré?
Comme si des stigmates devaient se greffer dans la ville à tout jamais, ne pas guérir, ne pas laisser faire le temps.
Rester dans un certain masochisme institué en mythe épique, ériger un temple à ce drame, qui pourtant n'est qu'une goutte dans le Styx des horreurs que l'homme a pu charrier...
On ne peut que rester perplexe.
C'est là ou on se dit que la poignée de terroristes qui a foncé dans ces tours a réussi au-delà des espérances de l'organisation: tout s'est figé depuis ce jour, rien n'a repoussé de plus beau, le chaos n'a pas enfanté quelque chose de meilleur mais continue partout à engendrer haine et guerre. On a désigné les coupables de chaque côté.
Nous sommes devenus simples spectateurs devant le niveau zéro, et nous semblons nous engouffrer dans le même néant que celui des USA.
On nous dit quoi penser, quoi faire.
La religion, le budget, les divisions, tout ceci a remplacé même dans la bouche des plus sociaux des mots comme humain, social, fraternité, projet, nouvelle société...
Ce matin, mon mec m'a dit :" je ne comprend pas Mélenchon, même lui parle d'argent au lieu des vrais problèmes...il me gonfle. Ou sont les mots: l'humain d'abord? Mais on s'en tape du fric. Faudrait franchement qu'on se réveille..."

Oui, faudrait: les USA ont fait de la chute du symbole du libéralisme triomphant un temple païen érigé en masochisme national sans se remettre en question vraiment, ces morts ont engendré des massacres et des destructions en Irak, Afghanistan et Pakistan etc...
La victimologie du niveau zéro a donné droit à s'enfoncer encore plus dans le monstrueux...et on construit un mémorial tandis que Georges Bush savoure sa retraite dans son ranch au Texas...
Après on ne comprend pas la réaction du monde qui nous entoure, car lui, il ne s'est pas figé dans le temps un jour de 11 septembre...
Il ne se symbolise pas par un homme seul, devant deux  gigantesques carrés de vide, qui a laissé la place à un immense tombeau emblématique du niveau zéro de l'occident.

10 commentaires:

  1. Anonyme10/01/2012

    Bonjour !!

    Je pense que l'Amérique n'avait jamais rien vécu de tout ça (bombardements, destructions.. etc) Les européens oui car ils ont connu plusieurs guerres . Ils n'ont pas su gérer cette horreur et aiment se triturer les souvenirs de peur d'oublier

    Bisous Laboulette

    RépondreSupprimer
  2. Laboulette a raison : le choc a été énorme pour un pays qui n'avait jamais été attaqué sur son propre sol. Enfin, pas depuis 1812, lorsqu'ils ont eu l'idée stupide de s'attaquer aux Anglais dans l'espoir de s'empare du Canada, avec pour résultat que les Anglais ont campé devant la Maison Blanche qu'ils ont brûlé? Apparemment, il leur fallait un monument à la hauteur du choc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le nôtre, c'est clair

      Supprimer
  3. Plus jamais ça10/01/2012

    Ce qui a été fait ce jour là peut être refait n'importe où ailleurs. C'est le message d'un terrorisme barbare, abominable, qui n'a pas seulement détruit un banal monument américain, très laid.

    Les gens qui tombent... qui tombent... qui tombent...

    Comme si on pouvait passer l'éponge, banaliser...
    Jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas en faisant bien pire qu'on évite que cela recommence.
      Des enfants irakiens naissent encore avec des malformations horribles dues à l'uranium apauvri.
      On ne combat pas la barbarie avec bien pire.

      Supprimer
  4. C'est d'autant plus révoltant, que ce sont des spécialistes de leur propre pays qui ont fait, ou fait faire, cela. Chtttt, on ne le dit pas, bien sûr, mais les preuves abondent face à un dossier officiel vide.

    On tente le point Godwin ? Chiche. Cela me rappelle furieusement, en pire, l'incendie du Reichstag, où "les autorités" avaient profité de circonstances, sans pourtant les avoir provoquées. Car cette fois-ci, ce fut délibéré, et tant pis pour les victimes collatérales. Mon petit doigt me dit même que ce précédent fut évoqué par les monteurs de ce coup-là, qui pour faire bonne mesure choisirent l'anniversaire d'un autre évènement, vingt-huit ans plus tôt, qu'il fallait camoufler par quelque chose de plus spectaculaire.

    RépondreSupprimer
  5. Plus jamais ça10/02/2012

    Je ne comprends pas très bien votre réponse.
    Ces tours n'étaient pas belles, et alors ?

    Rien ne pourra effacer ce traumatisme. En France, tout le monde se souvient de ce qu'il faisait le onze septembre.
    On ne peut pas reconstruire dessus. La vie ne peut pas reprendre banalement son cours à cet endroit précis.
    Il y a un mémorial à Ground Zero.
    Il y a un mémorial aussi dans la tête de tous ceux qui ont vu à la télévision cette terrible déclaration de guerre du terrorisme. Et les héritiers de Ben Laden sont toujours prêts à renaître de leurs cendres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Plus Jamais Çà, les suppôts de la CIA ont fait une chose terrible. Oui, c'est cette officine-là qui est "terroriste", quoiqu'on dise. Rappelez-vous que seuls des pilotes très expérimentés auraient pu conduire les deux avions qui ont heurté deux tours. Rappelez-vous que seul un explosif bien spécifique, militaire, aurait pu venir à bout de cette façon-là de deux, non, trois tours. Etc... Et le président comme par hasard dans une école, loin, attendant que les nouvelles commencent à arriver en tenant un livre à l'envers. Et le Pentagone attaqué juste là où il fallait détruire des archives compromettantes, par un avion inexistant.

      Ground Zero est un mémorial rappelant à jamais que ce sont les responsables étatsuniens qui ont attaqué leur propre pays. Le terrorisme, le vrai, est une affaire d'État.

      Et si quelqu'un soulève le terrorisme de quelques Somaliens attaquant des navires au large de leurs côtes, souvenons-nous aussi que ces navires viennent voler leurs lieux de pêches, et qu'ils appartiennent aux pays qui viennent déverser leurs déchets très dangereux, voire radioactifs, sur les plages africaines. J'appelle cela de la légitime défense.

      Supprimer
    2. Anonyme2/27/2013

      Je sais bien,ô Jéhovah,qu'à l'homme tiré du sol n'appartient pas sa voie. Il n'appartient pas à l'homme qui marche de diriger son pas. (Jérémie 10:23)

      Supprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer