Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

samedi 11 mai 2013

Doit-on croire Fillon?

Je suis très contente des dernières déclarations de François Fillon, qui a dit clairement que, pour lui, le Front National n'était pas dans l'arc Républicain et qu'il lui déniait clairement une légitimité politique.
En cela, il se démarque clairement de la politique de l'UMP, celle qui me pose problème, d'ailleurs, celle qui flirte avec le populisme et les thèmes litigieux sur l'immigration et l'insécurité. Il se démarque de Sarkozy.
J'aimerais vraiment croire au retour de cette Droite républicaine, cette Droite claire, droite aussi dans ses bottes, qui propose des idées sur l'avenir de notre pays, qui a un projet pour celui-ci.
Mais tout comme NKM, Fillon a rongé son frein et avalé des couleuvres durant 5 ans. Il a fermé sa gueule durant le débat de l'identité nationale, il n'a rien dit sur les débordements des uns et des autres.
Comment croire Fillon, alors?
Et pourtant, j'aimerais vraiment le croire.

Il se présente comme une alternative en 2017, un candidat qui pourrait l'emporter pour l'UMP, qui rassemblerait de manière large du centre-gauche à la Droite, pouvant représenter une partie de ceux qui ne votent plus, des déçus de la Gauche, des réfractaires aux thèses populistes, des nostalgiques de l'ère Chirac...

De toute manière, on en vient à douter de la sincérité des hommes politiques en général.
C'est ce qui ressort de l'opinion publique.

Mais si Fillon est sincère, cela voudrait dire, qu'au delà de l'enjeu de 2017, qui est encore loin, il peut se passer des choses avant cette date, cela veut dire que quelque chose de nouveau est en train de se passer à Droite: la porosité de l'UMP envers le FN est peut-être en train de se combler. Sans doute parce que cette porosité n'a eu d'autre effet que de faire fuir des électeurs et a fait monter le Front National en lui donnant une certaine visibilité car l'UMP ne semble pas si différent quand on écoute certains de ses membres...
Pour Fillon, en tout cas, c'est une façon de reconquérir l'ascendant sur ce Parti, de le redynamiser, et aussi une manière de se placer comme un sérieux challenger aux primaires du Parti, puisque la stratégie nationaliste a abouti à une impasse. Il faut donc adopter une autre stratégie, occuper une place et qu'il y a-t-il de mieux, que d'occuper une place vide dans l'échiquier politique, celle du Centre-Droit à la Droite modérée, la Droite sociale, celle qui a disparu, laminée par des années de sarkozysme, car si ses représentants politiques sont en position de faiblesse, les électeurs potentiels sont là.

Alors, doit-on croire Fillon? Je dirais que sa stratégie est là, quand à sa sincérité...on ne pourra la tester qu'avec des actes et peut-on prendre le risque de le voir en action plus en avant? C'est là toute l'incertitude politique...à laquelle on a peu de réponses.

23 commentaires:

  1. Léontine5/11/2013

    Pas moi en tous cas!!
    Nous l'avons vu a l'œuvre..il était au gouvernement..s'il était si sincère il n'aurait pas tenu le coup et aurait démissionné.
    Non vraiment je ne lui fais aucune confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien le souci, effectivement.

      Supprimer
  2. Comment Fillon peut-il être sincère? Lui qui a fait appliquer sans broncher toutes les décisions de celui qu'il critique aujourd'hui. Il ne peut pas comme ça, d'un coup de baguette magique, se refaire une virginité alors qu'il s'est au contraire appliqué à faire respecter la parole du "maître".
    S'il y avait un désaccord si profond entre Sarkozy et lui, comme le dit Léontine, il ne serait pas resté si longtemps premier ministre.
    "Ce poste on l'aime ou on le quitte" pourrait-on lui rétorquer!
    Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi il est si haut dans l'opinion. Mais il est vrai qu'en France on n'est pas à une contradiction près.
    Bon Dimanche Rosa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est haut dans l'opinion, parce qu'il occupe une place laissée vacante par d'autres.

      Supprimer
  3. Personnellement, je lui vois un destin national à la Raymond Barre, Édouard Balladur ou Dominique de Villepin : explosion en vol, éparpillé façon puzzle.

    Mais bon, je ne suis pas politologue non plus…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute manière, les politologues ne sont pas vraiment fiables, comme tous les experts qu'on nous fait bouffer dans les médias, en général, à part de rares exceptions.

      Supprimer
  4. Je ne vois pas bien, vu le rapport de force actuel, comment M. Fillon pourrait rassembler une majorité et incarner l'alternance. En cas de duel Fillon-Hollande (ou tout autre candidat socialiste), j'aurais bien du mal à choisir entre la peste et le choléra. Et je ne serais pas le seul.

    La manie, chez les gens de gauche, de vouloir choisir un candidat de droite à leur goût m'amusera toujours. En quoi sont-ils concernés ? Es-ce que je donne mon avis sur qui représenterait le mieux la gauche ?

    Vous répéterez que vous n'êtes ni de droite ni de gauche. Excusez mon scepticisme mais quand on vous voit défendre à longueur de billets les idées gauchistes les plus échevelées, il est difficile de vous croire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à saisir votre point de vue : il me semble plutôt que vous mettez à gauche tout ce qui ne rentre pas dans votre schéma de pensée, ce qui serait à gauche de votre droite, quelque part.
      En fait, vous assimilez tout ce qui serait l'erreur ou le mal absolu à la gauche, partant de ce principe, vous voyez des gauchistes partout. C'est dommage pour vous.
      Je pars vraiment du principe qu'il y a des thèmes de réflexions qui sont universels, qu'ils soient philosophiques, religieux, politiques etc...qui n'appartiennent ni à la gauche ni à la droite mais qui les transcendent.
      Ensuite, c'est la manière de les traiter qui différencie le politique de droite ou celui de gauche.
      Mais pouvez-vous me donner ces différences, sans y mettre votre sentiment, vos croyances, de manière neutre, sans caricaturer?
      Il est dommage que vous soyez aussi passionné, cela vous aveugle.

      Supprimer
    2. J'ai lu votre papier et Marco Polo a en partie raison : vous avez oublié des morceaux mais au moins c'est intéressant de pouvoir échanger enfin sur des idées.
      Je vous ferai un petit papier plus tard. Merci pour cet échange, sans ironie.

      Supprimer
  5. L'agitation autour du FN est ridicule. Soit il est républicain, et donc il peut exister et présenter des candidats aux élections, soit il n'est pas républicain et en toute logique doit être interdit.

    Vu que scrutins après scrutins, depuis 1974, il présente des candidats aux diverses élections, la discussion me semble close.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème n'est pas là: soit on l'interdit, effectivement, soit on le traite comme tous les autres partis non-républicains et ce n'est pas le seul.
      On ne fait pas d'alliances avec.
      Et quand dans ses propos, il dépasse le cadre de la légalité, on sabre.
      On arrête de prendre des gants avec sous prétexte que ses membres seraient des pauvres victimes traumatisées, en plus c'est infantilisant pour eux.

      Supprimer
  6. Je ne doute pas que vous ayez du mal.
    Je pourrais vous retourner le compliment : vous voyez des gens de droite partout : NKM, Fillon...
    Le problème avec vos "thèmes de réflexion universels" c'est que vous en excluez ceux qui à mes yeux sont caractéristiques de la droite.
    Exprimer un avis qui soit exempt de sentiments et de croyances est impossible. Essayez, vous verrez...
    Me qualifier de "passionné" me semble abusif. Je ferais plutôt dans la dérision et le scepticisme que dans la passion et même la conviction. Ce qui ne m'empêche aucunement de ne pas être neutre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prenons des exemple: réduire la paupérisation n'est pas un thème de gauche. L'écologie n'est pas un thème de gauche. L'économie non plus.La place de la religion en France non plus.
      Comme je vous le disais, c'est dans la manière de procéder à la résolution des problèmes que diffèrent les politiques.
      Ensuite, je suis désolée mais NKM et Fillon sont de droite.
      Je crains fort que vous ne puissiez me donner une définition de ce qu'est la Droite au sens large du terme et c'est fort dommage pour vous, vous me faites penser à certains de gauches qui pensent que d'autres n'en sont pas ou plus.
      On peut facilement exprimer un avis sans aucune passion ou sentiment, si l'analyse du problème est posé de manière neutre.
      Par contre, je crois qu'on fait ou parle de la politique parce que le sujet nous passionne.
      Vous cachez très bien vos sentiments, ce qui est normal, vu que vous êtes très sensibles, derrière un paravent de dérision et de scepticisme.
      Je n'ai pas dit que vous ne pouviez pas être neutres dans certains cas, mais c'est très difficile de le voir quand vous venez commenter ici.

      Supprimer
  7. "Je crains fort que vous ne puissiez me donner une définition de ce qu'est la Droite au sens large du terme"
    Vu que répondre par un simple commentaire me paraîtrait un peu juste, je le ferai demain ou un peu plus tard, de manière détaillée par un billet sur mon blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très bonne idée.
      Pensez à René Raymond et à sa définition historique des droites en France, tiens, cela pourra vous aider, comme base, si je puis me permettre, voyez, je suis de bonne foi.

      Supprimer
  8. Une droite en France, où ça ?

    La droite est réactionnaire, donc contre-révolutionnaire. Elle est gravement tombée malade en se fourvoyant dans cette ridicule affaire dreyfus, elle était agonisante après la première guerre mondiale, elle n'a pas survécu à la seconde durant laquelle ses derniers membres ont été éliminés par l'occupant.

    Depuis, pour faire très court, ce qu'on appelle improprement "droite" c'est une sorte de machin sans colonne vertébrale, qui ne cesse de donner des gages à la gauche, qui est la seule véritable occupante de la république, sa création.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais vous confondez le courant réactionnaire monarchique avec la droite!
      C'est quand même fort de café, votre vision: vous n'en avez pas oublié des morceaux?
      Parce que Thiers ou Poincaré étaient de gauche? Vous avez pas l'air de capter, quand même, que la troisième République a été bâtie par des gens de droite, que la 4ème l'a été en collaboration avec tous les courants issus de la Résistance, et que la Vème l'a été par De Gaulle...

      Supprimer
    2. Est-on encore de droite lorsqu'on compose avec une république qui par essence est fondamentalement de gauche ? Les soi-disant valeurs de la gueuse ne sont pas compatibles avec la droite qui en France était monarchique. La soi-disant droite orléaniste était avant tout libérale, donc in fine étrangère à la droite. D'ailleurs elle s'est toujours rangée aux côtés de la gauche, y compris lors de l'impulsion colonialiste. La soi-droite bonapartiste, héritière de la révolution ne peut pas non plus y être rattachée. Quant à de Gaulle, il a préféré composer avec la racaille rouge, ce qui le disqualifie d'emblée.

      Oserais-je vous rappeler dans quelles conditions les concepts de droite et de gauche sont apparus ?

      Supprimer
    3. Vous croyez que j'ai le temps de vous faire un cours d'histoire?
      Arrêtez donc de la réécrire, ou ne vous dites pas de droite, concept issu de la Révolution et des girondins.
      Si vous aviez lu René Raymond et fait des études d'histoire à la fac, vous ne sortiriez pas des âneries pareilles. Désolée mais c'est vous qui l'avez cherché.

      Supprimer
  9. En quoi, le FN ne serait-il pas républicain et n'aurait pas de légitimité politique?
    Qui décide d'accorder ce certificat de conformité démocratique et selon quelles critères?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, on ne confond pas démocratie avec république. Ce serait un bon début.
      La République est issu d'un système qui tire sa légitimité du peuple, dont tous ses membres sont libres et égaux, sans distinction aucune.
      Vous voyez pas le malaise? Comme déchoir quelqu'un de sa nationalité française?
      Avoir des notions élémentaires de politique est souhaitable, quand on veut parler politique, ça évite d'être ridicule.

      Démocratie: par le peuple, pour le peuple et envers le peuple.
      En république, la démocratie n'est pas forcément directe.

      Supprimer
    2. Ah, et en démocratie, la population n'est pas forcément le peuple.

      Supprimer
  10. Excusez-moi pour ces confusions dues à mon manque de culture politique
    et au ridicule qui en découle. Votre mise au point est la bienvenue.
    Et merci pour votre réponse.



    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer