Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

vendredi 4 novembre 2016

Chronique d'une Gauche en ruines

En 2012, je parlais de l'UMP comme étant un Léviathan échoué sur une plage, complètement en morceau de 5 ans de sarkozysme.
Je ne pensais pas que Hollande et Valls auraient réussi ce tour de force de désintégrer le PS  et de foutre en l'air la Gauche toute entière.
La Gauche est en ruines.
Je vais m'expliquer:
Qui sait encore ce que sont les valeurs de la Gauche? Qui sait encore ce que c'est réellement, dans les bases, dans les fondations, ce qu'est être socialiste?
Qui sait ce que veut dire être de Gauche?

La Toupie, une de mes références parle de la Gauche comme ayant les valeurs suivantes:

justice sociale, l'égalité, la solidarité, l'humanisme, la laïcité

Alors notre quinquennat de Gôche, je me gausse, a vu la Justice Sociale continuer à être bafouée, l'égalité, euh....la solidarité....je vais pas être grossière, quand à l'humanisme, on va la fermer aussi.
Bon, on a la laïcité mais c'est celle de Mao et Staline qui semble en vogue, pas seulement à Gauche, d'ailleurs, vu qu'elle ne sert principalement qu'à cibler une seule religion, bon, d'accord, les autres religions ont été touchées indirectement, faut pas non plus pousser.

Si on continue à citer la Toupie:

" la droite met en avant l'ordre, le travail, la famille et la responsabilité individuelle."

Alors, l'ordre, on en a plein les sabots, et les forces de l'ordre aussi d'ailleurs, parce que l'Ordre on a voulu l'imposer dans le Monde entier par des guerres, des agressions, et ici, on a eu une surenchère sécuritaire, allant jusqu'à faire n'importe quoi, il y a pas d'autres mots, en fait.
Le Travail, cher à la Droite , on a été servi grâce à la loi Macron, la Loi El Khomri, on a même eu droit à une réforme des impôts, de la santé (La Famille!) et même deux ans à ne rien foutre qu'avec le Mariage pour tous, ah ça a bien pinaillé là. Un côté je me bourre la gueule à l'apéro et je fais trainer pour pas me taper la bouffe insipide , enfin, ce pourquoi on a été élu, en fait.
Quand à la responsabilité individuelle, on va laisser ce cher Valls nous montrer son attachement à sa vraie famille, hein:

"Car selon lui, « aucun déterminisme ne peut effacer la responsabilité individuelle »."

"Ensuite, et tout autant, l'approche déterministe n'exclut pas que les hommes soient aussi des  sujets actifs à qui incombe une part de responsabilité consciente, que la justice doit sanctionner quand cela s'impose. Sauf que, à la lumière de la réflexion sociologique (en particulier), elle peut mesurer la part réelle et concrète, et non abstraite et fictive, de la responsabilité individuelle dans les méfaits et, donc, se montrer effectivement juste dans ses jugements et ses décisions - par exemple en trouvant des circonstances atténuantes, ce qu'aucune théorie du libre arbitre ne saurait concevoir! ( source) "

Donc, on a eu un quinquennat de Droite.
Comment voulez-vous que la Gauche soit en pleine forme, quand des dirigeants d'un parti dit "socialiste" nous font de la Droite Light? de la Droite sans sucre? Mais alors au goût bien amer...
Quand on  lit la Charte du Parti Socialiste, on ne peut que rire.
"Unis contre l'Injustice"...Rien que ça, déjà...

Ah ça, des beaux discours, il y en a, faites ce que je dis mais pas ce que je fais, en gros on écrit de jolies choses bien humanistes, bien mimi, bien dans le ton mais après, hein...après s'être tapés 4 ans de rigueur, un an d'état d'urgence, trois ans de guerre contre...le terrorisme? ça doit être ça. C'est pratique le terrorisme, quelque part, des attentats, logique, mais c'est le peuple qui trinque hein...comment ils disent en  préambule? Ah oui, "pour une vie digne", toussa, toussa.
Après la ruine du code du travail, les frontières fermées, la liberté de plus en plus menacée, il faudrait encore leur faire confiance pour 5 ans de plus?
On nous prend pour des jambons, je crois, définitivement.

Et l'argument suprême:
Eh, si tu votes pas pour nous, tu vas avoir pire!
Attention ! Juppé le Spectre et Sarko le Maudit vont te pourrir la vie si tu votes pas pour nous!
Ouais, ouais, ouais...
C'est sûr qu'on a eu des moments remplis de brassées de rose jusqu'à présent mais alors, on a eu que les épines et les couleuvres en prime! Avaler des couleuvres, c'est pas mon truc.
De toute manière, on a pas le choix.
Il y a 4 ans, Hollande avait tous les pouvoirs, et qui a gâché ça? On va quand même pas le récompenser d'avoir fait n'importe quoi en le réélisant sous prétexte que la Droite va faire pire? C'est la faute à qui? Pas à celui qui a rien branlé et qui quémande un autre quinquennat en essayant de dire que, c'est bon, cette fois, il va faire tout bon? C'est pas la maternelle, ici, on va pas le faire redoubler, quand même!

De toute manière, on a quoi d'autre, comme alternative?
Mélenchon? Ah , ça , les médias, sans doute craignant que Marine le Pen fasse trop de point, en ce moment, c'est un peu leur chouchou.
En revanche, Montebourg s'en prend plein la tête alors que ce pourrait être une alternative.
Bref, entre le morcellement de ce qui reste de la Gauche, tiraillée encore, grâce à la politique extérieure catastrophique de qui ça, ah oui, Hollande!, entre la sécurité et la lutte contre le terrorisme, qui semble en vrac, face au naufrage du PS qui a fait son petit trou noir tranquille dans la galaxie de Gauche, et repousse ses électeurs sympathisants...on est mal.
Ajouté à ça l'inexistence du Centre, la Droite qui se prend pour l'extrême Droite matinée d'une bonne dose de libéralisme sauvage....
On est très mal...
Mais qu'est-ce qu'on s'amuse!

Je laisse le mot de la fin à mon amie Sonia, qui partageait le projet de réforme de la Droite sur les retraites (oui, encore un, le dernier comme d'habitude? (SIC...) )

"Eux au moins, ils restent en accord avec leurs idées et on sait à quoi s'en tenir. Vite que la vraie gauche face son apparition."

A part ça, tout va bien...On survit.








21 commentaires:

  1. La gauche, ce n'est pas "la justice sociale, l'égalité, la solidarité, l'humanisme, la laïcité".

    J'ai encore connu des gens de gauche au sens originel de la chose. Comme nous l'avait dit un prof au lycée, la gauche, c'est D'ABORD (c'est lui qui insistait) le vote de la mort du roi. Et s'y ajoutent ensuite l'athéisme, et l'anticléricalisme qui donnera la laïcité. Et quelques bricoles (pas forcément dérisoires) comme le rejet de l'antisémitisme.

    En grande difficulté dans l'affaire Dreyfus la gauche fait appel à l'aide du mouvement ouvrier (anarchistes, socialistes et syndicalistes) qui n'avait jusqu'alors que peu ou pas de relations avec la gauche. De là viendra le lent rapprochement entre gauche et mouvement ouvrier. Ce qui n'empêchera pas la gauche gouvernementale d'envoyer la troupe pour réprimer dans le sang les grandes grèves comme encore en 1947. Ou de démarrer la guerre d'Algérie.

    Le Parti communiste refusait d'être classé à gauche jusque dans les années 1980. Les anarchistes ne se regardent toujours pas comme une composante de la gauche.

    Un de mes voisins de gauche, mort il y a peu d'années, plaçait athéisme et anticléricalisme comme LES marqueurs déterminant le fait d'être ou non de gauche. Il refusait de classer à gauche un autre de nos voisins, cofondateur de la confédération paysanne, très impliqué dans le mouvement tiers-mondiste et la décolonisation, autogestionnaire, etc. parce que cet gars était... croyant. "La laïcité" était le seul point de cette liste qu'il aurait retenu pour caractériser la gauche.

    Je songe aussi à un militant du PS de ma ville qui n'a pas cinquante ans pour qui "la justice sociale", c'est "coco et compagnie". Et tu as compris que le communisme est sa détestation. Il souhaite par exemple l'exclusion du PS d'un Gérard Filoche.

    Hollande est bien caractéristique de la gauche au sens historique du terme. Il se réfère beaucoup à Queuille, corrézien, qui a été aussi sinueux et mou du genou. Et c'est vrai qu'on a encore bien du mal à refaire cette distinction entre gauche d'un côté et mouvement ouvrier de l'autre ou l'on devrait mettre socialisme, anarchisme et communisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu mélanges un peu tout, sans vouloir te vexer.
      La Gauche et la Droite, c'est au début comment se structuraient les députés selon leur attachement à une monarchie constitutionnelle ou une république, au niveau du vote.
      Y siégeaient les Girondins, par exemple.
      A droite, y siégeaient les Montagnards, jacobins, centralisateurs, anti-cléricaux....
      Ne pas tout mélanger.
      On en a ensuite déduit les oppositions entre les courants politiques mais qu'on le veuille ou non, l'échiquier politique de la France jusqu'en 1981 était celui-ci: Extrême-Gauche révolutionnaire trotskiste, maoiste, PC, PS, radicaux de gauche ( les fameux laïcards extrêmes héritiers de Clémenceau, qu'on le veuille ou non, Clémenceau n'était pas de Droite), le Centre, Le Centre Droit de Giscard , l'UDF, le RPR, les partis souverainistes, le FN et les milices d'extrême-droite.
      Le Parti Communiste était aussi révolutionnaire et croyait à la dictature du prolétariat, qu'il refusât ou non d'être de gauche n'en change rien, au niveau analyse historique politique, qu'il l'était. Que le terme de gauche lui semblât petit bourgeois, si tu le dis, grand bien lui fasse, ou non mais bon on appelle un chat un chat.
      Devrais-je te rappeler que l'hymne historique du parti socialiste est l'Internationale? On voit quand même l'anticléricalisme en action, hein? pas une mention, sauf ici:
      "Il n’est pas de sauveurs suprêmes:
      Ni Dieu, ni César, ni Tribun.
      Travailleurs, sauvons-nous nous-mêmes;
      Travaillons au salut commun."
      Une mise à niveau de tous les tyrans est constatée, c'est tout.
      . En revanche, on parle de justice sociale, d'internationale des peuples, de lutte, d'auto-gestion etc...Oui, Proudhon, Fourier et la Commune de Paris sont passés par là.
      Au moment de l'Affaire Dreyfus, le PS, comme tu dis est un parti marginal, sous-représenté, d'ailleurs, il accédera vraiment au pouvoir en 1936. L'Affaire Dreyfus n'est qu'un opportunisme afin de se faire connaître. Car le mouvement est encore traumatisé par les massacres et déportations de la Commune de Paris qui ont décimé les rangs de cette gauche ouvrière révolutionnaire. On dit de Jules Ferry de manière erronée qu'il est de gauche, c'est juste un Républicain, en fait un mec de droite. Mais je ne sais pas pourquoi la légende en a fait un mec de gauche. Il a été soutenu un temps par les radicaux ( de gauche à ce moment-là, mais très centre), il se fait lâcher par Clémenceau par son colonialisme forcené.
      Ensuite, la laïcité votée et pensée par les Radicaux en 1905 n'est pas de l'athéïsme. Les seuls qui fondent l'athéïsme comme faisant partie de leur ADN, historiquement parlant, sont les marxistes, dont s'inspirent Mao, Staline et Pol Pot.
      La laïcité n'est pas l'athéisme.
      Faut arrêter de se cacher comme un lâche derrière cette notion, je parle de ton voisin, paix à son âme.
      Pour ce qui est des anarchistes, on est ni de droite ni de gauche fondamentalement.

      Bref, je me suis crevée le cul durant un an en Classe Prépa, en préparation Sciences Po, pour me faire avaler tout ça. Puis la vie, les rencontres m'ont fait peaufiner la chose. Seulement, en politique, on manque cruellement de bases historiques. Cruellement, et du coup, chacun fait sa cuisine, on a l'impression que c'est le hasard qui détermine qui vote qui, j'allais dire quoi...c'est fatigant. Excuse-moi mais je suis un peu déçue.

      Supprimer
    2. D'ailleurs, au sens historique du terme, le PS se nommait la SFIO avant, et oh miracle, c'est l'abréviation de SECTION FRANÇAISE DE L'INTERNATIONALE OUVRIÈRE...étonnant, non? Dis à ton militant du PS qu'il devrait faire son coming out et rejoindre Juppé ou Lemaire.

      Supprimer
    3. j'avais oublié aussi ce morceau de l'Internationale:
      L’égalité veut d’autres lois :
      « Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
      Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

      Supprimer
    4. Quand à Queuille, c'est un rad soc, un radical, dont le parti, avec la montée de la SFIO au cours des années 20, se rapproche du Centre et quoi que dit radical socialiste, se situe au centre, au point d'ailleurs qu'on dit des radicaux qu'ils sont rouges à l'extérieur et blanc ( comme les royalistes et la Droite) à l'intérieur.
      Queuille finira d'ailleurs de droite, définitivement, en opposition avec Mendès-France et , fait étonnant si on ne connais pas les subtilités de la République et de la politique , de Gaulle, oui de Gaulle. Queuille fonde le centre républicain.
      La clarification des radicaux se fait en 1972 quand est créé d'un côté les radicaux de gauche et le parti radical dit Valoisien, membre fondateur de l'UDF: étonnant, non?

      Supprimer
  2. Hormis pour l'alternative Montebourg et deux ou trois bricoles sans importance, je partage.
    La bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne journée à toi.
      Montebourg, oui, je l'espère mieux peut-être qu'il ne l'est. Mais c'est le propre de l'être humain, d'espérer.

      Supprimer
  3. D'accord avec toi Rosaelle, à la précision près que les Montagnards n'étaient pas tous des anti-clericaux forcenés. Par exemple Robespierre était déiste, il a critiqué la campagne de déchristianisation de l'hiver 1793. Dans un discours aux Jacobins en novembre il dit des choses comme: "L'athéisme est aristocratique", "Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer". De plus le vote à gauche n'est pas le fait des seuls milieux dechristianisé, la Bretagne catholique vote à gauche, car être de gauche à la base est être contre les privilèges et pour l'égalité des droits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu fais bien de rappeler que l'anti-cléricalisme n'est pas l'athéisme.
      Oui, il y a des chrétiens de gauche, d'ailleurs je crois que François II est un pape de gauche, bien plus que le nôtre, de François ;)

      Supprimer
  4. Rosa Elle,

    Je me gratte la tête : en gros on dit presque la même chose mais on emploie des mots différents ou on donne un sens différent aux mêmes mots.

    La difficulté vient de ce que l'on met sous un mot. Prenons le mot "laïcité". Jean Baubérot y recense sept conceptions fort différentes (dont certaines comportent des variantes parfois importantes). Quatre de ces conceptions se sont affrontées en 1904 (un projet de loi avorté), 1905 (vote de la loi) et 1908 (vote d'une loi qu'on oublie souvent de mentionner bien qu'elle soit importante). Des détracteurs de Baubérot pensent ou bien qu'il n'est pas exhaustif et oublie ou minore des conceptions de la laïcité. Ou bien qu'il fait état de conceptions qui ne devraient pas avoir droit de cité ! C'est le cas notamment de ceux qui pensent que la laïcité est bien un athéisme d'État et que la loi doit plus ou moins interdire toute expression collective des croyances (la fameuse "sphère privée").

    La SFIO a été créée en 1905 après des années de rapprochements et de tractations qu'on peine parfois aujourd'hui à comprendre. Si on veut faire simple on dira que c'est le rapprochement de trois familles de pensée : des révolutionnaires, des réformistes et... des gens que certains désignent aujourd'hui comme "de gauche" (et que tu classes à droite). Mais je t'accorde que c'est mettre des mots d'aujourd'hui sur des familles de pensée qui employaient à l'époque d'autres mots. Par exemple une partie des révolutionnaires se désignaient comme "socialistes libertaires".

    Ce qui nous différencie tous les deux est notre utilisation des mots. Je reprends les mots que les gens utilisent pour se désigner eux-mêmes tandis que tu refuses cela.

    Par exemple Valls se dit "de gauche" et je lui accorde le droit de se désigner ainsi. Mais j'en conclue aussitôt que je ne suis pas "de gauche" (avec des arguments historiques qu'on peut discuter à l'infini : ils sont discutés depuis 1870 quand Thiers était désigné comme "de centre-gauche"). Tandis que toi, tu dénies à Valls la qualification "de gauche" en argumentant que c'est un détournement éhonté. Mais on est bien d'accord pour rejeter et les idées et la politique du lascar. ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, pour moi, les mots ont une importance, on ne peut pas les galvauder, sinon on arrive justement à ces dérives-là.
      Tu me diras, je suis anar libertarienne donc quelque part, je devrais m'en foutre.
      Mais pour moi, ce sont des imposteurs, des escrocs, des margoulins, tous ces gens-là et Valls est ici parce qu'il a pas trouvé de place ailleurs, un opportunisme politique abject sans idéal. Donc, oui, pour moi, ce mec ment.
      Tu sais, quand un gars dit qu'il s'appelle Napoléon, c'est soit l'asile, soit la prison.
      Thiers est un orléaniste au départ, en fait, comparé à un légitimiste ou un bonapartiste, il pouvait être perçu comme progressiste, vis à vis de ces gens-là. Comme les démocrates US sont des progressistes comparés aux républicains mais ça n'en fait pas des gens de gauche.
      Thiers est ministre de Louis-Philippe dans la France des notables et sous son règne, d'ailleurs, on fait des instituteurs publics des miséreux et on confie dans la réalité la plus grande partie de l'instruction aux religieux.
      Thiers est un opposant de Napoléon III et il aide à renverser ce dernier, avec le secret espoir de remettre le Roi , un roi, sur le trône.
      Cela échoue, pour une histoire de drapeau, la légende dit que l'héritier du trône refusât parce qu'il ne voulait pas du drapeau bleu blanc rouge.
      Thiers se rallie alors à une République Conservatrice, je sais si c'est ce qu'on peut appeler le Centre Gauche, ou alors celui de l'actuel Chevènement ou Dupont-Aignan...
      Il y a des réalités pour moi et ça ne se discute pas.
      On peut éventuellement discuter de la conception de la laïcité, qui commence à me brouter sérieusement, d'ailleurs, vu que la seule qui semble trouver grâce est bien un athéisme d'état. D'ailleurs , l’athéisme, comme le rappelle Robert Spire, n'est pas le synonyme d'anti-cléricalisme.
      On peut aussi discourir sur le libertarianisme, effectivement, aussi.
      Mais je suis contente qu'on puisse continuer à discuter, car j'apprécie énormément nos échanges sur la nécessité d'aider les plus faibles de notre société. Bisous

      Supprimer
    2. Je te conseille de lire La Nouvelle Histoire de la France Contemporaine des éditions du Seuil ainsi que Les Droites en France de René Rémond.

      Supprimer
  5. Dans le Lordon tout est bon ;o) et il prend part à notre discussion :
    https://www.bilan-ps.fr/pages/vertigineux.html

    Sur le "centre-gauche" de Thiers c'est l'étiquette donnée à l'époque notamment par Émile Zola, journaliste. Juste après la Commune de Paris. Ça me faisait hurler naguère. Maintenant je comprends qu'il ne s'agit que d'étiquettes et que l'on peut se donner celle que l'on veut. C'est le contenu qui m'intéresse et pas l'emballage.

    Pour beaucoup de gens, nous avons un gouvernement de gauche depuis 2012. C'est son étiquette. Et ils n'ont plus guère envie des bienfaits de Valls et Hollande... ;o) Bon courage à tous ceux qui vont tenter d'expliquer qu'ils mettent autre chose sous cette étiquette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu sur Lordon. Le problème est que ce Monsieur a un gros défaut. Il explique des choses simples néanmoins en tournures alambiquées, et là où il veut susciter le débat, je ne vois que des théoriciens sans âme. C'est dommage, car on s'adresse, qu'on le veuille ou non, à des gens qui n'ont pas accès à toute cette culture, car l'information qu'on leur donne est soit parcellaire, simpliste, populiste, soit comme ce que tu me montres élitiste, inutilement compliquée par un vocabulaire qu'ils ne peuvent pas comprendre. Donc on tourne dans le vide.
      Cela m'intéresse, la vision de Zola sur Thiers. Je n'ai rien trouvé, hormis un Zola en 1870 qui cherche désespérément à intégrer un ministère ou une préfecture, mais qui est débouté, se désintéresse de la politique en général, sauf de manière ponctuelle, jusqu'à l'Affaire Dreyfus. Donc j'aimerais bien avoir tes sources ;)
      Tu as mis exactement le doigt sur ce que je disais dans mon billet: Valls et Hollande ont tué la Gauche, pour moi.

      Supprimer
    2. Je rectifie: on doit s'adresser à tout le monde si on veut faire partager ses idées, c'est pas évident mais il faut. La France a ce gros défaut de verser dans l'intellectuel, le compliqué, l'élitisme ou le gros populisme de la brève de comptoir.

      Supprimer
  6. Rosa Elle,

    Je reviens un instant sur Valls. Il se dit "de gauche" et, variant comme une girouette, a argumenté sur les deux gauches "irréconciliables" mais aussi sur les diverses tendances de gauche qui pourrait se réunir (du moins pour voter pour lui).

    Bon, ce que je retiens de ses slaloms est qu'il conserve toujours le mot "gauche" dans son vocabulaire tandis qu'il se montre depuis longtemps partisan d'abandonner le mot "socialisme" y compris dans la dénomination de son parti. La différence de traitement de ces deux mots dans l'esprit de Valls — je suis convaincu que ce n'est pas anodin — me semble très intéressante et je pense que c'est ça qui doit nous interroger.

    Peut-être ne serons nous pas tout à fait d'accord sur l'analyse et les conclusions mais ça ne doit pas nous conduire à nous engueuler.

    Bisous et bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'adore les gens suffisamment intelligents pour accepter la contradiction ;)
      En fait, pour moi, il insiste énormément sur cet adjectif parce qu'il veut cacher la misère idéologique. Ce type n'a aucune valeur...au propre comme au figuré en politique.

      Supprimer
  7. Ouh lala ! Me demander la référence de l'article de Zola... C'était paru dans la presse de l'époque. Je l'ai peut-être trouvé dans "Les écrivains contre la Commune" de Paul Lidsky mais je l'ai lu il y a si longtemps que je ne saurais te le garantir. Si ça vient d'Henri Mitterand, je suis infoutu de te dire dans quelle publication.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est dommage, c'est intéressant.

      Supprimer
  8. A la fin du 19e siècle le centre-gauche a focalisé les débats opportunément sur l'anti-cléricalisme et la couleur du drapeau pour couper l'herbe idéologique sous le marxisme naissant et l'anarchisme. Ainsi les démunis pensent moins aux banquiers et à la question sociale. Comme aujourd'hui mieux vaut débattre sur l'anti-islamisme et la laïcité...

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer