Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

jeudi 28 juin 2012

Homoparentalité et droit des enfants



citegay.fr
C'est une des propositions de Hollande qui a fait polémique et je pense d'ailleurs qu'il en fallait: le droit des homosexuels à contracter un mariage civil.
A priori, je ne suis pas pour le mariage en lui-même. Je suis même pour légaliser le concubinage, de pouvoir pour les unions libres, avoir les mêmes droits que les couples mariés.
Je prêche pour ma paroisse en disant cela: cela fait bientôt 20 ans que je suis avec le même homme. Pour moi, le mariage ne renforce pas l'amour.
Mais c'est moi que ça regarde.
Pourtant, quand il y a une question sur les enfants, l'école veut toujours parler au père, comme si la prérogative de l'autorité n'était pas conjointe.
Si nous ne contractons pas un PACS, si l'un de nous meurt, le souci de l'après peut se poser.
Et ce n'est pas normal.

Mais après tout, si les homosexuels veulent se marier, qui je suis pour m'y opposer? La religion n'a rien à y voir et la morale non plus, je pense. Le temps est fini de considérer les homos comme des malades mentaux, ils ont envie de se marier, et c'est un droit qu'ils doivent acquérir, puisqu'ils le souhaitent.
yves.rebillard.free.fr

En revanche, pour l'homo-parentalité, je suis plus circonspecte, d'autant plus que nous avons élevés ensemble nos enfants et j'ai du mal à envisager le développement d'un gosse sans mère ou sans père car les deux rôles ne sont pas interchangeables: témoin les soucis qu'une mère seule a pour s'occuper de ses enfants et la dose de courage qu'il faut avoir, la ténacité et la force qu'elle doit avoir pour remplacer l'autorité du père.
Plus le fait que les deux parents sont des référents naturels indispensables, les priver de cela pour moi n'est pas juste pour eux, car souvent la vie le fait pour eux dans des circonstances parfois tragiques.
Donc je ne trouve pas souhaitable qu'un enfant grandisse dans une famille homoparentale et la loi est déjà assez laxiste comme cela, en fermant les yeux sur l'adoption des célibataires, qu'elle devrait pour l'équité, interdire.
Mais ceci est mon avis.

J'ai quand même réfléchi à la chose : après tout, il va falloir faire quelque chose pour ce sujet-là, déterminer si on accepte l'adoption homoparentale ou non. Et mon avis n'en est qu'un parmi d'autres. Après tout, ne serais-je pas un peu trop formaliste et attachée à la cellule traditionnelle de la famille? 
Qu'en serait-il advenu si mes choix de vie étaient différents?

Le politique va devoir tôt ou tard prendre une décision à ce sujet. Là-dessus, je lui souhaite bon courage car en plus, nous n'avons pas le recul nécessaire pour savoir si les enfants ont toutes les chances de s'épanouir dans ce type de famille, car au-delà des envies et des désirs de chacun, c'est quand même le bien-être des enfants qui prime, et pas celui qu'on veut leur imposer.

28 commentaires:

  1. Bonjour Rosa,
    C'est un sujet qui provoque souvent des réactions violentes ,les uns au nom du "modernisme" , les autres de celui des valeurs religieuses,philosophiques,etc.. et j'aime la façon dont vous l'abordez.

    Voila juste ce que je pense:
    Nous vivons dans un monde qui nous infantilise , où la place des jeux a pris une importance considérable. Que ce soient les jeux vidéos, les jeux de la fortune ou du stade ,on a tendance à nous prendre pour des demeurés.

    Ca a produit dans nos sociétés un phénomène bizarre qui consiste à considérer que l'enfant le restera toute sa vie , que tout doit donc être forcément tourné autour de lui et tout s'organise alors en fonction de ses petits caprices, que sa parole est d'or comme il paraît que la vérité sortirait toute crue de sa bouche.

    L'enfance est donc comme un moment figé , mis sur un piédestal ,alors que ce n'est qu'une étape parmi tant d'autres qu'il ne faut pas rater c'est sûr , mais comment le savoir à l'avance?
    Vous allez me trouver dur , mais jetez un coup d'oeil dans le bac à jouets de vos enfants avec toutes ces petites cochonneries en plastique véritable bourrées de bisphénol A, cet amoncellement de livres tous plus luxueux les uns que les autres et vous comprendrez pourquoi je dis ça.
    Si vous y ajoutez les portables pour les suivre à la trace dès la maternelle , les Ipod offerts dès qu'ils ont 10 ans ,la bagnole achetée à 18 etc.. vous comprendrez que cette éducation donnée pourtant par des parents dits "normaux" peut donner des comportements dont on en apprécie les dégâts tous les jours. L'actualité en regorge.

    Dans certaines sociétés tribales les enfants sont souvent pris en charge par l'ensemble des adultes présents , les cousins , les tantes , et surtout les nounous ,etc..
    Ils ont des parents biologiques certes mais ils en sont très souvent séparés et s'épanouissent au coeur d'un monde d'adultes qui veillent sur eux jusqu'au jour où ils passent l'épreuve qui les rend adultes et deviennent à leur tour "bons pour la reproduction". Sont-ils déséquilibrés pour autant? Est-ce que ça en fait des adultes violents ou névrotiques plus que chez nous? Les crimes , les viols et les meurtres sont-ils plus nombreux? Les (rares) études faites sur le sujet prouveraient plutôt le contraire .

    Car on a oublié que dans notre condition d'humains la reproduction de l'espèce est inscrite dans nos gênes certes mais elle ne nous dit pas dans quelles conditions elle peut se dérouler.
    Dans notre monde qu'on dit hyper-civilisé les scientifiques ont trouvé des moyens artificiels pour combler les déficits de la nature et l'homme n'est pas toujours présent physiquement pour procréer.
    Alors dans ces conditions je ne vois pas pourquoi deux hommes ou deux femmes ne pourraient pas élever normalement un ou plusieurs enfants.
    Le "référent" père" ou "mère" ils iront le chercher ailleurs à condition bien sûr que ces nouveaux couples ne se comportent pas non plus comme les "normaux" et ne fassent as non plus de leur progéniture un éternel enfant.

    Vous remarquerez que j'ai employé le terme "élever" , pas pris dans le sens "élevage" pour assurer uniquement les besoins matériels et physiques mais plutôt dans celui de grandir intellectuellement et moralement bien sûr , ce qui manque le plus à notre société du plaisir infantile et de la satisfaction immédiate des besoins.
    Mais comme vous dites l'efficacité de l'éducation ne se mesure bien souvent qu'à l'âge adulte ..à condition d'y arriver
    Amicalement
    CG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, coup de grisou
      Comme je le disais dans l'article, j'ai tendance à être contre mais en fait, je pense que la sujet mérite mieux qu'un jugement arrêté et pour dire la vérité, je ne sais pas ce que je ferais si j'étais politique.
      C'est pour cela que tous les avis sont bons,et qu'on arrête de rester dans le flou.
      Amicalement

      Supprimer
  2. il y a une grande injustice (inégalité)
    dans un couple d'homosexuelles , la parentalité peut advenir par des voies naturelles
    dans le cas de deux hommes , il n' y a que l'adoption
    pourquoi n'auraient ils pas par la loi le droit de voir un équilibre rétable ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai. En fait, pour moi la meilleure des solutions serait un père gay et une mère lesbienne qui concluent un pacte de parentalité conjointe sans recourir à l'adoption, ce qui existe déjà

      Supprimer
    2. Pour le coup, c'est carrément de l'homoparentalité qui ne dit pas son nom. D'où la nécessité d'officialiser une pratique qui existe déjà.

      Supprimer
    3. comme je te disais, si c'était ce cas-là, cela serait bien pour tous oui.

      Supprimer
    4. Mais ce serait forcément cela. Quel intérêt sinon quand on est gay ou lesbiennes d'aller contracter un pacte de parentalité avec un homo de l'autre sexe?

      Supprimer
    5. J'ai Didier G qui vient souvent, on a intérêt à être précis avec lui sinon...tenace le bougre :)

      Supprimer
  3. Salut,
    Je ne suis pas du tout d'accord avec toi mais j'imagine que tu t'en doutes lol!
    Ceci dit, je reconnais la qualité de ton billet qui laisse une grande porte ouverte au débat puisque tu reconnais toi-même avoir des doutes.
    Tu évoques les difficultés de la "mère seule". Mais quelle est vraiment le problème? Le fait qu'elle soit seule ou qu'elle n'ait pas de mari (et donc père) à ses côtés?
    Ne vaut-il pas mieux une mère ou un père seul-e que mal accompagné-e pour le bien et "l'épanouissement" de l'enfant?
    Ne vaut-il pas mieux un couple homo et parents qu'un couple hétéro qui part à vau-l'eau pour le bien et "l'épanouissement" de l'enfant?
    De plus, il n'est pas question pour une mère de "remplacer" l'autorité du père. Sinon ,cela voudrait dire que tu penses qu'il existe une autorité spécifiquement masculine et une autorité spécifiquement féminine. Ce dont je ne suis absolument pas convaincue.
    Enfin, tu dis que nous n'avons pas assez de recul pour savoir si un enfant pourrait s'épanouir dans ce type de famille. Qu'entends-du par "épanouissement" du coup? Crains-tu que les enfants de couples homoparentaux soient prédisposés à devenir eux-mêmes gays (ce qui reviendrait à dire que devenir gay est contraire à toute forme d'épanouissement)?
    Tu as raison en ce qui concerne la religion. Battons-nous d'abord pour le mariage civil, le seul ayant une valeur juridique et légale dans une société laïque, même si en ce qui me concerne, je suis comme toi, je ne suis pas "pour" le mariage à tout prix.
    Et pour finir, si l'homoparentalité est autorisée un jour (ce que je souhaite tu l'auras compris), et bien je suis également POUR l'adoption par des célibataires. Je ne vois pas où est le problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour simplifier, chère Elooooody, l'adoption me pose un souci car souvent cela est difficile pour l'enfant à l'âge adulte, parfois cela se passe bien et je ne suis pas sûr que pour un couple dit classique cela change vraiment par rapport à un couple homo car la qualité de celui qui éduque n'a rien à voir avec son sexe, on est d'accord.
      C'est pas évident de bien s'occuper de ses enfants et on n'est pas assez de deux parfois...
      Comment te dire en peu de mots? j'ai côtoyé beaucoup de parents (normal depuis 17 ans) et j'ai remarqué que ce que dit un père, même le plus laxiste, est bien plus écouté que la même chose par la mère, par contre l'autorité est bien conjointe et lié, être parents c'est une entité. Mes enfants disent bien que mon autorité se fait par la raison et la persuasion, ils discutent moins avec leur père et j'ai vu cela très souvent. Oui, on a en tant que mère une autorité mais ce n'est pas la même, elle s'exprime différemment.
      Je dirais même que mon fils m'écoute plus à des moments et parfois c'est l'inverse.
      Pour l'épanouissement je te remets dans le contexte: tu prends un enfant qu'on adopte, de pays étranger, parfois cela passe très bien, parfois cela donne une personne en crise, en manque de valeurs et de racines, qui rejette alors ses parent adoptés, tu ajoute à sa différence des parents pas comme les autres, dont il n'a même pas la légitimité de la filiation, qu'est-ce que ça donne? C'est la question que je me pose réellement car des enfants adoptés de pays étrangers en pleine crise et rejet, j'en ai vu pas mal...et ça a toujours mal fini par une rupture avec les parents adoptifs.
      Mon sentiment: franchement, si vraiment il faut légitimer, faisons-le mais pour le recul, il faudra bien au moins 50 ans pour faire un vrai bilan.
      Comme je te disais, il y a aussi le droit à l'enfant d'avoir un père ou une mère qu'on doit considérer.
      Pour moi la solution serait un pacte de parentalité avec deux couples gays et lesbiens.
      Parmi les homos, c'est comme tout, il y a des salauds, des types biens, des sarkozystes et des gauchistes.

      Supprimer
    2. C'est justement en multipliant les actes forts pour donner aux couples gays la même place que les autres dans la société que la question ne se posera plus pour l'enfant de savoir si ses parents sont "comme les autres" ou pas.
      Comme tu le dis toi-même, il y a des cons, des brutes et des salauds partout: chez les gays, les lesbiennes, les bi, les trans, les hétéros, les vieux et les jeunes. Alors puisque nous sommes tous-tes égaux face à la connerie humaine, pourquoi ne pas l'être devant le maire? Et devant les enfants?
      Commençons aussi par expliquer aux enfants que deux personnes du même sexe, ce n'est pas sale, ce n'est pas grave, ce n'est pas une tare, que ça existe, que chacun-e aime qui il-elle veut. Alors l'enfant plus tard ne se posera pas la question de la "différence" de ses parents.
      Quant à la sexuation de l'autorité et bien je suivrai ta logique en te disant qu'autour de moi, j'ai aussi des mères qui sont bien plus "sévère" ou "autoritaires" ou "fermes" avec leurs enfants, que leurs pères.
      Et oui, l'enfant a le droit d'avoir un père et une mère, ou deux papas ou deux mamans, le principal étant que tout enfant a droit à des parents aimants.
      Quant au pacte de parentalité avec deux couples gays et lesbiens, c'est une solution hypocrite qui masque une réalité toute autre: celle qu'il faut précisément normaliser.

      Supprimer
    3. C'est incroyable, comment nous pouvons être différents et divers, en fait. Tu ne trouves pas?

      Supprimer
    4. Euh.. Bah oui hein. C'est une évidence

      Supprimer
    5. ça m'émerveille toujours

      Supprimer
  4. jeanned'arc6/28/2012

    je ne suis ni pour ni contre le mariage homo, disons que je préfèrerais un pacs amélioré pour les raisons de transmission que vous évoquez, qui se posent dans mon couple où nous finirons par nous marier un jour...

    après, comme dit mon compagnon, l'avantage d'être homo, c'est que tu ne te sens pas obligé de te reproduire, tu évites donc les enfants...

    cette plaisanterie mise à part, l'homoparentalité existe de toutes façons, que ce soit par adoption, insémination ou enfant né d'une union hétéro, et il est anormal selon moi que l'"autre" parent n'ait aucun "droit" sur l'enfant (par droit, j'entends la possibilité de prendre une décision pour une hospitalisation, d'aller chercher à l'école, en cas de décès du parents officiel etc)

    je crois me souvenir que des études sur le devenir des enfants de couples homoparentaux existent, et que les enfants, lorsqu'ils n'en sont plus, se trouvent être des adultes comme les autres...

    je vous lis régulièrement et je suis un peu surprise (sans jugement) de votre position...

    je dirais qu'il me semble extrêmement difficile d'élever seul(e) un enfant pour tout un tas de raisons notamment pratiques, et qu'être à 2, c'est assure un relai, un point de vue différent.

    dans ces cas-là, que penser des hommes qui pleurnichent de ne pas pouvoir porter le bébé et se sentent exclus?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlais de mon avis en tant que mère ayant vécu toujours avec le père et du travail conjoint que nous avons toujours fait pour les deux. Il m'est difficile d'imaginer le boulot sans l'entité couple et de l'avantage d'être homme et femme.
      Je crois que souvent cela se passe bien chez les couples lesbiens, parfois cela se passe très très mal mais on ne le dit pas par conformisme.
      Comme je l'ai marqué ci-dessus, je pense que mon avis ne fait pas loi et qu'on doit être le plus ouvert possible.

      Supprimer
  5. Mais les homosexuels ont comme tout le monde le droit de se marier. Avec une personne du sexe opposé. Tout le reste n'est que bataille pour jouir, sans vilain jeu de mots (encore que), de droits supérieurs à ceux accordés au vulgum pecus.
    Le mariage est une institution qui via l'union d'un homme et d'une femme vise à pérenniser la société humaine. Accorder le mariage à des unions par nature stériles, le distinguo est d'importance, est de fait la négation du principe même de cette institution et par voie de conséquence une sinistre (camarades étymologistes à vous de jouer)caricature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Senestre/ dextre : je connais, oui :)
      Vous connaissez ma position sur le mariage.
      Je respecte la vôtre, mais je n'en attendais pas moins de vous, le contraire serait surprenant.

      Supprimer
  6. Ily a tellement de formes de mariages selon les rites et les pays , du monogame au polygame qui comporte la polygynie, la polyandrie, la bigamie.
    Et puis il y a les mariages rituels, les mariages civils , es mariages religieux qui à eux seuls constituent la plus grande diversité .
    Et puis aussi les mariages blancs, les mariages forcés , les mariages arrangés.
    Sans compter les mariages posthumes les mariages mixtes et j'en oublie certainement .
    Enfin existent depuis peu les mariages homosexuels qui peuvent revêtir comme tous les autres toutes les composantes précitées.

    Bien malin qui définirait le mariage de manière universelle.

    Si on se fie à l'encyclopédie ou même à Wikipédia , le mariage est la consécration d'une union faite théoriquement pour durer et surtout pour assurer une "descendance" .

    S'il fallait réécrire ces définitions avec bientôt 7 milliards d'habitants sur notre petite planète et si on devait garder ce même raisonnement il faudra très vite aller chercher une planète ailleurs !

    La descendance de l'espèce humaine est largement assurée mais on sait très bien que si on continue à dire aux couples "faites des enfants" c'est uniquement pour que les systèmes économiques capitalistes ne s'écroulent pas !
    Il faudra donc aussi aller chercher des idées économiques ailleurs !
    Rien qu'à ce titre les mariages homosexuels seraient les plus utiles économiquement! lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais on s'en tamponne de l'universalisme en carton qui n'est qu'une vue de l'esprit. Tous les pays du monde peuvent bien avoir les rites qui leur agréent, c'est parfait. La discussion porte sur ce qui risque de se passer en France, pas chez les patagons ou les guatémaltèques.

      Supprimer
  7. Je vois que Monsieur koltchak91120 a tout compris . C'est pas vous par hasard qui avez parlé de "société humaine"? C'est quoi pour vous la société humaine , un tout petit hexagone?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la vision du mariage telle qu'inscrite dans le code civil depuis sa création qui n'a fait qu'inscrire dans le droit positif l'évidence du droit naturel. La société humaine dont il est question est celle qui vit dans cet "hexagone" (terme débile certainement pondu par un technocrate ou un folliculaire). Je ne suis pas citoyen du monde et je n'ai pas de prétentions universalistes. Cette manière de fascisme soft qui entend dicter aux peuples du monde ce qui est bon pour eux.

      Supprimer
    2. C'est très enrichissant de discuter avec vous , malheureusement étant donné le prix du fiel je n'ai pas pu faire le plein. Je vais donc vous laisser continuer seul.

      Supprimer
  8. jeanned'arc6/28/2012

    je suis pour les tests de fécondité avant tout mariage, qui prouveront que le couple se reproduira.

    et tiens, si la future mariée n'est pas vierge, un isolement de 3 mois pour que son futur soit sûr que la progéniture, puisque progéniture il doit y avoir, sera bien de lui.

    enfin, je propose d'annuler le mariage des couples qui ne se sont pas reproduit et de l'interdire bien sûr à tous ceux qui ont passé l'âge de procréer.

    et en tirant bien les cheveux, on peut trouver plein d'autres cas!

    RosaL, j'élève aussi mes enfants avec leur père, je n'imagine pas les choses autrement, je connais aussi un certain nombre de couple homos avec/sans enfants.

    je pourrais sortir l'argument bateau, ces couples me semblent bien plus aptes à accueillir, éduquer et entourer un enfant que mes élèves ados, mais c'est une comparaison idiote...(quoi que...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon en tout cas, j'ai l'impression que ce débat doit être mené un jour ou l'autre, par contre, il est sur que toutes les opinions sont respectables quand elles sont rationnelles...et qu'on ne veut pas les imposer de force.
      Merci pour ce trait d'humour

      Supprimer
  9. http://www.utexas.edu/news/2012/06/11/children_same/

    RépondreSupprimer
  10. jeanned'arc6/29/2012

    vous aurez RosaL saisi que le trait d'humour s'adressait à koltchak!!

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer