Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

dimanche 13 janvier 2013

Pendant ce temps-là, en Afrique

Encore un article sur ce sujet.
Ici, de toute manière, j'aborde les sujets que je veux et je n'ai jamais caché que la politique intérieure n'était pas ma seule priorité. Nous sommes en France, qui correspond à un petit coin de notre monde, un superbe coin que j'aime, néanmoins.
Tous les médias ici ne parlent que du Mali.
Pourtant, ailleurs, une crise aigüe s'est déroulée dans l'indifférence totale.

Vous connaissez la Centrafrique ?
Un petit pays, à l'échelle du Continent, constitué de grandes forêts, de réserves naturelles biologiques, de populations très différentes, très longtemps sous influence française coloniale.
le commerce de l'or et du diamant ne lui a pas permis de se développer.
 Pour vous remettre mieux  en tête ce qu'est ce pays, il faut remonter un peu dans le temps : Bokassa fut un de ses dictateurs sanglants, je pense que vous voyez mieux de quel pays nous parlons ici.

La Centrafrique: Nicolas Sarkozy donna des instructions afin qu'on aide mieux ce pays et que les entreprises installées sur son sol, il y a quand même Total, participent au développement de cette nation, pour rompre le cercle vicieux du problème de la Françafrique.( on voit bien ici que cela n'as pas servi à grand chose)


Total a effectivement construit un golf privé, afin de recevoir ses clients et associés.
 Faut dire que le golf-club de Bangui montre que c'est une activité populaire en pleine expansion chez les locaux (voir les photos)
Total a fait une gentille campagne contre le paludisme...et se bat contre les diarrhées enfantines. Actions très" louables" mais...

Pendant ce temps, la Chine offrait deux hôpital flambant neuf, sans aucune contrepartie.

La Centrafrique est très pauvre, mise à part les ressources dont elle dispose mal . Beaucoup d'ethnies, de toute origine, de toute confessions, avec une majorité néanmoins de chrétiens. On y parle le sango, et souvent le français comme langue officielle, mais on y exerce une politique volontairement élitiste, afin de diviser la grande masse du peuple, qui doit s'en remettre à des fonctionnaires qui maitrisent eux, ces deux langues. Une parfaite allégorie de la Tour de Babel...car les Centrafricains ne sont pas illettrés, seulement parlent des langues très diverses, et ont des coutumes variées.

La Centrafrique a un gros problème de manque de démocratie depuis des années, Bozizé, le Président en exercice, se comporte plus comme un autocrate que comme un réel chef de l'Etat.
Ce pays est meurtri par des années de colonialisme, d'autocratie, de despotisme, et cherche à retrouver une réelle dignité, une vraie cohérence, un élan vers le Progrès.
Pour juste remettre dans son contexte l'héritage de la présence française, des génocides et des massacres ont été commis au XIXème siècle et XXème, ou favorisés, afin de maintenir l'influence de la France dans ce coin de l'Afrique. la colonisation, dénoncée par André Gide, y est une des plus brutales.
Petit rappel des méthodes colonialistes (pas que françaises):

"En 1905, c’est « l’affaire Toqué-Gaud » qui défraie la chronique de la
presse française. Le 14 juillet 1903 en Oubangui-Chari (actuelle République
centrafricaine), un administrateur des colonies, George Toqué, et
un commis des affaires indigènes, Fernand Gaud, décident de faire exécuter
Pakpa, ancien guide, en lui attachant un bâton de dynamite autour
du cou. Connue, l’affaire suscite l’émoi en métropole et une commission
d’enquête est envoyée en 1905, dirigée par Savorgnan di Brazza qui
aboutit à la mise en accusation des deux hommes. Au procès, les accusés
rappellent qu’ils ont déclaré avant cette action épouvantable : « Ça a
l’air idiot ; mais ça médusera les indigènes. Si après ça ils ne se tiennent
pas tranquilles ! ». Gaud dira à son procès qu’il voulait faire constater
autour de lui l’étrangeté de cette mort : « Ni trace de coup de fusil, ni
trace de coup de sagaie : c’est par une sorte de miracle qu’est mort celui
qui n’avait pas voulu faire amitié avec les Blancs. ». Ils sont condamnés à
des peines légères (à cinq ans de réclusion), mais le scandale est tel qu’il
conduit au lancement d’une enquête administrative, enquête dont sera
chargé Brazza, et qui sera à l’origine de son dernier voyage au Congo."

sources ici


Quel est notre responsabilité envers ce pays, qui est encore un bel exemple de Françafrique ? On y reviendra plus tard.
Toujours est-il que dans l'indifférence la plus totale des médias français, une coalition de l'opposition à Bozizé, incluant des rebelles, est venu conquérir par les armes le droit, selon eux, d'avoir une alternance démocratique. Une guerre civile , en fait. Il est vrai que la RCA n'a ni uranium ou autre ressource en réelle abondance, et que de toute manière, une bonne partie de celles-ci est sous mainmise française, pour l'instant.
Et puis, il n'y a pas assez d'islamistes en Centrafrique.
On a quand même discrètement, dépêché 600 soldats afin de protéger les "gentils ressortissants" que vous avez vu en photo sur le golf-club de Bangui, en partie et les intérêts français dans ce pays, on ne sait jamais.

Hier, un accord est parvenu à stopper l'avancée des rebelles, sous initiative africaine, pourtant, l'ONU semble s'inquiéter de graves manquements au droits de l'homme de tous les belligérants, il ne faut pas oublier aussi que dans ces régions, existe des bandes armées qui se livrent au brigandage, sans opinion politique, le pouvoir central, ne pouvant ou ne voulant tout contrôler .
Voici ce qu'en dit Jeune Afrique:

"Inquiétudes de l'ONU
L'accord a été obtenu par la Communauté économique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC). Les présidents congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur, et tchadien Idriss Deby ont rejoint dans la capitale gabonaise leur homologue Ali Bongo, hôte des pourparlers. Idriss Deby, président en exercice de la CEEAC, avait aidé en 2003 le général François Bozizé à prendre le pouvoir par un coup d'Etat à Bangui, renversant Ange-Félix Patassé.
Cet accord prévoit aussi un cessez-le-feu immédiat et une période de transition d'un an avant la tenue de législatives. Il maintient au pouvoir le président Bozizé, malgré les demandes réitérées de la rébellion qui exigeait son départ. Très vite après le début de l'offensive du Séléka, François Bozizé s'était engagé à ne pas se présenter de nouveau à l'élection présidentielle de 2016 et avait accepté l'idée d'un gouvernement d'union nationale.
En position de force, le Séléka, qui demandait en début de négociations la traduction de M. Bozizé devant la Cour pénale internationale (CPI) "pour crimes de guerre", a obtenu la libération "des personnes arrêtées en relation avec la crise". Il s'est engagé "à se retirer des villes occupées et à abandonner la lutte armée".
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est félicité dès vendredi de la conclusion de l'accord et en a demandé l'application rapide. Dans une déclaration adoptée par ses 15 membres, il "souligne la nécessité d'appliquer promptement ces accords et invite toutes les parties à les appliquer de bonne foi". Le Conseil "demande aussi instamment à toutes les parties d'autoriser dès que possible un accès sécurisé et sans entrave aux populations qui ont besoin d'une aide humanitaire". Il exige la "libération immédiate de tous les civils détenus par des groupes armés". La déclaration souligne aussi l'inquiétude de l'ONU face aux violations des droits de l'homme, notamment les "attaques contre des minorités ethniques" et le recrutement d'enfants-soldats."

Certains en ont assez en Centrafrique, des alternances favorisées par les armes et de l'impression de piétiner depuis des années.
Ils ne veulent pas non plus d'un appui extérieur, d'une ingérence, d'une intervention humanitaire, d'une croisade ou autre...

Voici un extrait du témoignage d'un Centrafricain, parmi tant d'autres, il n'est pas filtré par un éditorial français, afin d'influer sur la population. Il est brut de toute correction:

"Ici, on ne parle que du Mali", effectivement, la presse française est une officine des idées de ceux qui la soutiennent, en l'occurrence, le gouvernement français ou les privés libertaires. Et tu as bien raison d'avoir peur, la France agit pour ses intérêts au Mali. Ce n'est sûrement pas pour les beaux yeux des maliens. A l'époque où elle intervenait encore en Centrafrique, ce n'était sûrement pas pour les beaux yeux des centrafricains. Depuis quand la France se soucie-t-elle du sort des autres "non français" ? En même temps, je ne dis pas qu'il fallait qu'elle intervienne en Centrafrique, nous devons résoudre nos pbs nous-mêmes, dans la sueur et le sang s'il le faut, mais nous-mêmes, il en va de notre maturité. Pour s'épanouir, la graine doit d'abord mourir. Et plus vite nous sortirons de ce "paternalisme" qui n'a pas lieu d'être, mieux nous nous porterons.
La France est un pays en crise, qui vit au dessus de ses moyens, elle ne va pas s’engager en Centrafrique et creuser encore plus sa dette, pour quelle contrepartie ? La France est hypocrite mais pas idiote. Par contre au Mali, en plus d’Areva que tu as citée, elle pourra après avoir les marchés de reconstructions de tout ce qui aura été détruit, et ça, ça crée des richesses pour la France, tu vois le truc ? Georges W. Bush l’avait bien résumé : « si tu veux gagner de l’argent sur le pain, il faut faire la boulangerie » … Allusion à l’Afghanistan. 
 
Pendant ce temps-là, en Afrique...
S'il est un conseil que je peux vous donner, c'est de ne pas me croire sur parole, voyez les faits, les liens, soyez critiques, allez sur des sites francophones, il y en a, réfléchissez et surtout, ayez l'esprit ouvert. On ne se fait  que beaucoup trop de fausses idées sur l'Afrique, on la connait mal, on oublie que c'est une entité culturelle bien plus ancienne que l'Europe et que ce qui se dit à Kinshassa se chuchote à N'Djamena, se chante à Alger et se crie à Johannesburg, mais veut dire la même chose...

15 commentaires:

  1. Bonjour Rosaelle et tous.

    Complètement d'accord avec l'article, SAUF avec la générosité d'âme de la Chine. Son but étant la conquête économique de l'Afrique car le salariat chinois ne va pas tarder à être cher ou vendre des trucs et des machins aux africains peut être juteux.
    Mais ce n'est que mon avis.

    Bonne fin de dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ils sont pragmatiques et traitent les Africains comme des partenaires économiques, ce ne sont pas des bons samaritains maise des businessman et leur façon de faire marche très bien.
      Merci de ton passage!

      Supprimer
  2. Belle écriture servie par une vraie réflexion. Continuez!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et bienvenue!
      Il faut bien qu'on explique certaines choses qui sont passées, hélas, sous silence, dans nos médias

      Supprimer
  3. La question à se poser est sans doute celle de savoir si certains Etats africains sont "viables" au 21ème siècle, alors que leurs richesses inexploitées en font des objets de convoitise ou alors que se trouvant pour leur malheur, sur la route d'un accès à la mer ou au voisinage d'un pays recèlant des richesses colossales, il est un pion dans une stratégie d'encerclement de pays puissants.
    Sans doute ces pays faibles parviendront-ils à se regrouper au sein d'organisations internationales gouvernementales. L'Union Africaine y travaille. Pour le moment, c'est comme amiable compositeur, qu'elle essaie de régler les conflits en centrafrique.
    La question du Mali n'a rien à voir. Je conteste ton interprétation selon laquelle la presse s'affaire à focaliser sur le Mali l'attention de l'opinion.Bien au contraire, la diaspora malienne en France, ne cesse depuis février dernier,d'attirer l'attention de la presse sur la gravité des évènements au Mali.Dès qu'il a été élu, François Hollande et Laurent Fabius ont pris ce problème à bras le corps. Contrairement à des élucubrations fausses et grotesques, les Commissions parlementaires "Défense" ont accompli un travail qui est l'honneur de la France,en recevant toutes les associations dans la diversité des courants et des opinions,pour se faire l'idée la plus exacte de ce qui se passait sur le terrain et des demandes ou refus de chacun.L'intervention était RECLAMEE par les Maliens, mais hélas,les militaires avaient destitué le gouvernement. Or, dans la vacance du pouvoir exécutif, aucune autorité n'était investie du pouvoir de demander légalement une aide internationale.
    Le pouvoir destitué ne pouvait être rétabli car il n'avait plus la confiance de la population et l'Etat est déliquescent et ruiné : aucune élection ne peut y être organisée en raison de son coût et en raison de l'incapacité à la contrôler. Ajoutons que les islamistes comme d'autres politiques, achetaient autour de 1500€ le vote des gens ! 1500€ est une fortune au Mali.
    Un exécutif provisoire a enfin pu être mis en place. Mais il s'est fait "sortir" manu militari, à coups de matraques par l'armée. Il a fallu du temps et des négociations, pour qu'il soit enfin en place et capable légalement de demander l'aide internationale nécessaire.
    Pendant ce temps,à Tombouctou et dans tout le Nord du Pays, les Touaregs islamistes d'Ensar Dine,le MNLA,Aqmi,se sont entretués, prenant en otage la population, forçant les fillettes à "se marier" = viols, enrôlement de force dans leurs armées des garçons comme des filles, les filles faisant à manger et servant de jouet sexuel ! ...Pour légaliser la chose,ces "rebelles" qui sont cousus d'or grâce au trafic de stupéfiants, de véhicules, d'armes, d'otages ! ... légalisent "l'achat" de ces enfants, en remettant aux parents effondrés 1500€ qui représentent 20 ans de revenus ! Les parents qui refusent sont fouettés, harcelés ... Une situation totalitaire, sauvage ...
    La France DEVAIT intervenir.
    Je précise que dans les demandes des maliens, il y a l'identification précises des auteurs des crimes et la saisine de la Cour Pénale Internationale pour les juger.
    Ils le seront, personne ne lâchera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On verra dans 6 mois, un an, de toute manière, si j'ai des objections et un argumentaire réel, et viable, j'ai l'impression que je n'ai pas le droit de parler, cela me dépasse.
      Sans que tu en prennes ombrage, sache que le MNLA n'est pas un mouvement islamiste mais un mouvement d'autonomie.
      http://www.bbc.co.uk/news/world-africa-17582909

      Sache, juste, que les Africains en ont de plus en plus ras-le-bol des interventions étrangères, et ce n'est pas des affirmations en l'air, et en ont marre qu'on les juge comme des enfants.

      Sache, aussi que des manifestations contre le gouvernement ont éclaté ces derniers temps.
      Tu veux croire ce que tu veux, tu penses avoir des arguments, c'est bien.

      Mais j'ai l'impression que vous tenez le même langage que l'UMP au temps de l'intervention en Libye qui a été un vrai fiasco...
      Les islamistes fous qui sont au Mali ont été armés et soutenus en Libye par l'Otan!
      Les maliens ne veulent ni des islamistes et pas du gouvernement dont on est l'ami.
      Moi, François Hollande, je ne traiterai pas avec des dictateurs...
      Et on vient me faire des leçons...je dis pas toi, mais en général.
      Désolée mais je suis un peu désabusée...
      Juste consternée et désabusée, je demande juste qu'on tienne compte de ce que je dis et on se donne rendez-vous dans un an.
      Respectueusement, sans t'attaquer

      Supprimer
    2. Tout à fait pour le MNLA : mais je persiste et signe : de mon point de vue, il mange à tous les rateliers, il est la figure masquée de l'islamisme radical ! Les gens n'en sont pas dupes !

      Supprimer
    3. Tu sais, les attaques ... Je ne me sens pas visée.
      Je sais reconnaître un discours.
      Je sais aussi reconnaître un/une militante engagée.
      Je sais aussi décrypter un discours désabusé et victimaire.
      Tu fais ton job.
      Moi le mien.
      Amicalement !

      Supprimer
    4. Tu confonds avec Ansar Din, je pense.
      Mais on verra bien.
      Comme je le disais, je peux me tromper, on verra bien.
      Bonne soirée

      Supprimer
    5. Crois bien que je ne confonds RIEN !
      Amicalement

      Supprimer
    6. Engagée, je le suis, et surtout pour l'Afrique et la Palestine, et pour nos droits de l'homme, tous!
      Pour un monde meilleur!
      Après, les moyens d'y parvenir...
      Je regrette que nous n'ayons pas réformé l'ONU, combien de conflits nous aurions pu éviter...

      Supprimer
  4. Anonyme1/13/2013

    Mille cinq-cents rebelles arrivent à plier le Mali, à mourir de rire ! Mais dans quel états d’apathie la France maintien le Mali ? Je suis pour aider le Mali mais je ne croie en rien à l’intervention militaire extérieure. Ma référence et la guerre civile d’Espagne ou les fascistes espagnols ont reçu l’aide de l’Allemagne et de l’Italie, de nombreux groupuscules comme la légion Saint Patrick, action française etc. le soutien discret des américains et anglais a travers les grandes sociétés américaines et anglaises qui approvisionnés l’armé franquiste. Puis pour mieux écraser les rouges, la France et l’Angleterre ont pratiqué un blocus naval et un contrôle des frontières pour que le peuple espagnol ne puis se défendre en achetant des armes et ravitaillé le front ! Bien sur je suis favorable à une aide pour le Mali, et les extrémistes il faut les combattre partout, mais en donnent les moyens aux démocrates de se défendre et pas en maintenant ses peuples dans la misère ! Beaucoup de médias en France travail a l’appelle d’offre, ils non reçu aucun commande pour parlé de l’Afrique !
    julio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on est d'accord, la démocratie, c'est ce manque-là dont souffre le Mali et je ne vois pas comment on peut vouloir la rétablir comme cela.
      Merci Julio

      Supprimer
  5. Au Mali, vu la façon dont les choses se tournent, on sent la présence obsédante de la CIA. Comme auparavant en Libye, comme actuellement en Syrie. Il s'agit pour eux de déstabiliser la Françafrique, non pour le bien des populations, mais encore une fois pour imposer leur mainmise directe, ou plus probablement indirecte, avec quelques hommes de paille. Je suis bien entendu contre la Françafrique, mais il est indispensable de savoir avant de bouger qui pourra prendre la relève de la façon la plus judicieuse pour les populations.

    Ce n'est pas simple !

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme1/16/2013

    ouai!ouai!le soutien pour la démocratie suffit pourtant ! mais pourquoi toute cette merde????? On peut simplement penser que c'est par ordre de priorité que la France gère ces problèmes surtout qu'en ce moment elle même n'en a pas moins à régler. Mais la Centrafrique ne peut plus recommencer!!!! ce serait trop lui demander. On en est à une question de cohabitation qui n'avait pas été acceptée par l'opposition démocratique qui finalement doit se faire remplacer par l'opposition armée! de ces deux oppositions la démocratie c'est laquelle ? il serait odieux après autant d'efforts fournis par les Centrafricains, de leur demander de recommencer!!!et surtout de leur demander d'être sectaire après avoir voter à plusieurs reprises sous la surveillance et le soutien des organisations internationales...... Si par charité bien ordonnée la région de l'Afrique Centrale doit s'organiser c'est bien pour soutenir notre évolution démocratique. et sans penser que le monde se dessaisira de telles négociations et laissera encore une fois la Centrafrique tombée sous le joug des voyous!!!L'Afrique! l'Afrique! l'Afrique! mais d'où naissent ces peaux noires qui vagabondent ? L'Afrique se pose t-elle la question de l'origine de ses rebelles qui se voilent leur identité au nom de l'Islam? je crois que c'est là la vraie question sinon les Africains ne pourront plus rien pour leur avenir!!!!

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer