Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

mardi 31 décembre 2013

Bilan de 2013 : Ce qui a marqué cette année et mes voeux pour un autre monde



Attention, ce bilan est personnel, c'est ma vision , ce sont mes choix.
Je vous souhaite un heureux réveillon, en terminant ce soir sur une affluence record de ce blog. Eh non, ce n'est pas pour ma pensée profonde et mes analyses pertinentes...C'est pour une connerie qui m'éclate encore: ce billet de l'année dernière sur les Lapins Crétins et une vanne mignonne, bon ben cela fait plaisir que les internautes soient aussi cons que moi pour goûter un humour aussi stupide mais trop marrant. Si on fait l'année comme on la termine, faut que je pense à déconner de temps en temps aussi, tiens. Nicolas a eu aussi le même phénomène sur Partageons Mon Avis, mais lui, c'était au sujet du Père Noël.

On va être un peu plus profond sur cette petite rétrospective des temps forts de cette année, c'est sûr que je vais oublier des trucs, je ne me lancerai donc pas dans un abécédaire.

Ceux qui ont marqué cette année pour moi, ce sont sans conteste Poutine, Snowden, Mandela, Hessel et bien entendu Taubira.

C'est l'année de l'avènement de la Russie en temps que puissance mondiale, bien devant les USA. C'est Poutine qui a obtenu que la Guerre en Syrie n'ait pas lieu. C'est lui qui a pesé sur l'accord avec l'Iran. Il se paye le luxe de gracier les Pussy Riots ainsi que l'ex-magnat du pétrole qui croupissait en tôle. C'est aussi vers la Russie que se tournent les regards, vers des JO qui sont sous haute surveillance, avec des menaces terroristes qui ont déjà fait des morts et des attentats. Poutine est ainsi l'homme de l'Année pour un prestigieux magazine américain. Le monde change, on en est maintenant persuadé partout, est-ce en bien ou en mal. Critiqué par nombres de personnes, chez lui, comme en Occident, Vladimir Poutine a réussi le tour de force de mettre la Russie au premier plan, néanmoins, et de faire en sorte qu'elle résiste à la crise. Ce n'était pas gagné. Je n'en fais pas l'apologie, j'énonce uniquement des faits. Les BRICS sont arrivés à maturité, ce qui permet aux pays membres de devenir automatiquement indépendants des mécanismes mondiaux économiques, cela nous éloigne, nous, en France, un peu plus des pôles de croissance, car s'ils peuvent faire sans nous, ces pays qui sont dominants en deviennent notamment incontournables, nous risquons donc de nous faire avaler, en Europe, dans la zone d'influence russe.

Snowden est aussi une personnalité qui a marqué cette année par le fait qu'il est devenu un héros pour presque toute la planète. On sait maintenant que Big Brother est une réalité et que les USA peuvent espionner partout, même avec une caméra éteinte, on peut vous surveiller sur Apple, ce qui est dangereux, c'est surtout les avantages technologiques que les USA ont pu voler en espionnant l'industrie. La dernière en date : les iphones sont sous écoute depuis 2008. Voilà un truc qui me fait encore plus détester l'image de marque de la firme à la pomme, tellement différent et dévoyé de ses débuts, si sympathiques, si anti-système, la logique du marché en a fait un monstre qui recycle ses vieux appareils en les envoyant polluer l'Inde et l'Afrique dans des décharges sauvages, qui exploite les ouvriers du Tiers Monde en les payant une misère mais en faisant raquer les consommateurs toujours plus tous les 6 mois. Pourquoi payer un smartphone ou un MAC dans ces conditions? Pour en plus se faire espionner? Ce qui est curieux, c'est que le Brésil s'est fâché tout rouge mais que nous sommes extrêmement indolents face à cela, allant jusqu'à refuser l'asile à Snowden. On sanctionne donc ceux qui agissent dans l'intérêt général. En fait, c'est le problème. On semble incapable d'agir au niveau mondial dans l'intérêt général. Tout le monde tire la couverture à soi. Comme je l'ai déjà dit, les héros sont devenus des parias. Et je ne parle pas de Dieudonné, pour devenir un héros, il faudrait déjà qu'il soit autre chose qu'un comique. Je pense à Assange, par exemple.

Car chacun cependant est d'accord, à part quelques fâcheux préhistoriques marqués par la supposée prééminence de la race blanche sur les autres, et de l'éducation coloniale rancie, comme Golnish, chacun est d'accord pour s'accorder sur l'énorme prééminence de Madiba, alias, Tata, grand-père, alias Nelson Mandela. Déjà, dès août, la twittosphère était en émoi et les blogs aussi, je me rappelle d'un billet d'Elody sur le sujet, car Mandela a failli nous quitter bien plus tôt. Il a finalement décidé de partir ces jours derniers, et là, nous avons eu droit à une cérémonie d'hommage en direct, où seul le discours d'Obama a été retranscrit en entier, les autres intervenants de la BRICS ont été pollué par les digressions et commentaires incongrus de nos médias, semblant oublier le seul fait marquant, à part la poignée de main entre Obama et Castro, c'est que nous, en Occident, nous n'étions pas sur le devant de la scène, le monde entier célébrait la mémoire d'un homme en tolérant notre présence, comme des invités qu'il faut bien inviter pour être courtois mais qui ne sont pas indispensables.

Je veux encore rendre hommage à Stéphane Hessel, qui ne nous appartient plus vraiment, mais fait partie de ce nouveau monde, lui. Mandela et Hessel sont deux symboles de ce que pourrait être notre Monde, si un jour nous arrivons à en refaire partie. Mandela et Hessel se connaissaient, Hessel a été le président d'honneur du Tribunal Russel. Je ne peux pas ne pas parler de la Palestine ici. J'aimerais tellement un jour que deux états puissent exister en paix dans cet endroit du Monde. J'aimerais qu'Israël ne soit plus bâtie sur la colonisation forcée et dans cette course en avant qui la détruit petit à petit, sapant les bases de sa démocratie si fragile, j'aimerais qu'un vrai dialogue puisse s'instaurer entre ces deux entités, le peuple palestinien et les Juifs qui tiennent tant à leur état, symbole pour eux de refuge et de paix, il suffirait pourtant qu'Israël applique aux autres aussi ces valeurs que soutiennent nombre de Juifs pour justifier l'existence de cet état. Il est permis de rêver, aussi, un soir de réveillon.

Bien entendu, si nous revenons sur notre année à nous, dans ce petit pays du Monde qui s'appelle la France, c'est de Taubira dont il faut parler. J'ai de l'estime pour elle, elle a su défendre ses convictions, elle a su s'imposer, face aux opposants du mariage pour tous, qui n'a pas été le tsunami meurtrier de la famille qui était annoncé. Taubira attaquée de manière immonde en la réduisant à une banane, à un singe, faisant ressortir le "yabon banania" du vieux racisme qui sent pas bon, celui qui moisit depuis des années dans certains cerveaux. C'est bien le souci, le racisme, il s'insinue partout, et même ceux qui s'en disent victimes en font également. Il n'y a pas les bons d'un côté, les mauvais de l'autre. Du racisme, on en trouve partout, c'est la maladie infantile de l'humanité, il y en a à droite, à gauche, chez les riches, chez les gens modestes. Il a de nombreuses formes insidieuses. C'est dur, pour certains, de se dire qu'une femme guyanaise est capable d'être brillante et d'accéder aux plus hautes responsabilités.

Cette année a révélé une France en crise, dans ses valeurs comme dans sa chair: dans l'industrie, des faillites monstres, des précaires encore plus précaires, une  Éducation Nationale préhistorique qui ne donne plus accès au travail par un diplôme et fabrique des chômeurs plus vite de jours en jours, des violences aux personnes qui augmentent, même si on n'en est pas au stade qu'un certain Obertone a décrit.
Cette année a révélé deux guerres en Afrique, au Mali et en Centrafrique, cette dernière tourne au massacre de plus en plus.
J'ai laissé le temps à Hollande de rectifier le tir et j'espère que les élections prochaines vont permettre un remaniement pour une vraie direction autre que le flou dont il semble s'entourer.
Hollande s'est révélé aussi hermétique que la Pierre de Rosette avant son déchiffrage. Si quelqu'un sait dans quelle direction il va, qu'il me le dise, parce que j'ai abandonné.
Il parle en ce moment dans ses vœux de sécurité, d'intransigeance, alors que c'est de liberté, d'envie d'entreprendre, de fantaisie, dont il faudrait parler. Ce n'est pas de sécurité dont il faut parler, de lucidité, mais d'espoir, pas seulement de chance et d'avenir, de promesse, de choses qui sont improbables mais d'énergie créatrice, d'envie d'aller de l'avant, de partage, de plus de Justice, pas de sanctions, on n'a besoin ni d'un père moralisateur, ni d'un chef de guerre mais d'un vrai leader. Le changement est là mais il risque de se faire sans nous.

Ce monde, je n'ai pas envie de le sauver, j'ai envie d'un autre monde, il est déjà là mais il nous ignore, la croissance économique est morne parce que nous, en France, semblons ne pas être digne de notre héritage, un héritage ouvert, universaliste, de liberté. Or, on nous en restreint de plus en plus au nom de la sécurité. Notre pacte social, que faut-il vraiment en sauver, au point où il en est, alors que rien ne bouge vraiment, mais que tout s'est dégradé.
On ne met plus la Jeunesse au centre de nos priorités, alors que nous sommes de passage et nous laissons ce monde à nos enfants. J'ai pourtant tellement envie que nous léguions ce monde dans un meilleur état qu'il l'était, alors qu'on sait que la retraite est devenue une utopie, la santé un luxe et un CDI un privilège, alors qu'ailleurs, tout s'arrange, même l'Afrique dans la tourmente a de gros taux de croissance.
La Chine vient d'interdire les camps de travail et la politique de l'enfant unique, on discute ici de l'abolition de la prostitution et d'un comique qui devient l'ennemi public numéro un.
Il n'y a plus de grâces présidentielles pour les détenus. On augmente la TVA, ce qui fait peser encore plus le budget vie courante au détriment du budget loisir, quand on en a encore.
Mes vœux pour 2014 ? J'espère un autre monde, même s'il s'agit que toute la banquise fonde, si en échange, plus aucun SDF n'existe. J'espère un monde meilleur, si en contrepartie nous n'exerçons plus aucun leadership, hormis celui du talent et de la créativité. J'espère une meilleure France, plus apaisée, plus libre, j'en suis au point où je me demande si plus de libéralisme, dans le sens culturel, ne serait pas devenu une priorité. J'espère un président réellement à l'écoute des Français. Et s'il faut mettre l'Europe en pièces pour la reconstruire dans un vrai sens social, loin des exigences économiques intenables du pacte budgétaire, s'il faut taper du poing et refuser à Bruxelles certaines directives injustes, il faut le faire pour que Bruxelles plie.

A vous tous, ne pas baisser les bras, rester positif, se battre, et penser que si les êtres humains sont capables du pire, ils sont capables du meilleur.  On a largement vu le pire ces derniers temps, le meilleur va bien finir par arriver.

Très bon réveillon à tous et à l'année prochaine!

image issue de ce site


6 commentaires:

  1. Continuons à ppenser à un monde meilleur, et à y contribuer : il y a quelques minutes j'ai soulevé une proposition, que sans doute beaucoup trouveront farfelue, et pourtant....
    http://bab007-babelouest.blogspot.fr/2014/01/premier-janvier-1914-premier-vol.html
    Ce n'est qu'un moyen parmi beaucoup d'autres. A chacun de proposer sa solution, à nous tous nous pourrons gagner. Ils ont des milliards, nous sommes des milliards.

    RépondreSupprimer
  2. Je te suis à 100% pour la 1°partie du billet (Poutine, Snowden, Mandela, Hessel...) et bien peu pour la suite (Hollande...). J'ai l'impression - au prétexte de rêver un peu le soir du 31 décembre - que tu prends plaisir à espérer que ce pantin (du VRAI pouvoir en France, le capitalisme-dur) puisse se réformer !... Es-tu myope à ce point ? Je n'ose le croire. En tout cas, il ne faudra pas les 12 mois de 2014 pour te dessiller les yeux, si besoin...
    Le drame, en France, c'est que l'électoralisme et la mentalité réac d'une grande partie des Français nous ont donné à choisir entre 2 ordures, entre peste et choléra...
    Reste à changer les mentalités et la Constitution, vaste programme pour 2014 !!

    RépondreSupprimer
  3. N'est-il pas un peu mesquin, un peu radin, de ne souhaiter qu' UNE SEULE bonne année à chaque fois?

    Je souhaite à tout le monde, à tous leurs proches, et même à tous leurs lointains, des très bonnes et heureuses années 2014, 2015, 2016 et 2017 (ensuite, on avisera, le moment venu).

    RépondreSupprimer
  4. J'ai remarqué qu'auparavant on disait "bonne année, bonne santé". Désormais la "santé" a disparu de presque tous les voeux sans doute parce qu'on a pris conscience qu'on peut toujours trouver de quoi se réjouir mais que la santé , on peut faire ce qu'on peut pour l'entretenir, la maladie peut quand même survenir à n'importe quel moment.
    Alors je souhaite une "très" bonne année à celles et ceux qui doivent affronter aujourd'hui de graves maladies. Et si par bonheur ils guérissent je suis certain que pour eux l'année sera la plus belle de toutes.
    Pour les autres je n'ai aucun souci, petit ou grand, pauvre ou riche, les petits ou les grands bonheurs aussi éphémères soient-ils, feront forcément partie de l'année 2014 .
    Mais comme d'habitude ce seront souvent les plus nantis qui se plaindront le plus fort, les autres souffriront en silence pour ne pas indisposer les premiers.
    Bonne année bonne santé à toi et tes proches Rosa.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai pourtant mis mes vœux ce matin de bonne heure. Disparutes !!!
    Je réitère !

    RépondreSupprimer
  6. Ah au fait : à droite, les commentaires ont disparu. C'est dommage.

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer