Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

jeudi 20 décembre 2012

Grosse fatigue?

+Juan Sarkofrance  et +Nicolas Jégou  parlent de leur sentiment de fatigue dans leurs deux billets. Il est vrai que, depuis longtemps sur le web en tant que blogueurs politiques, Il faut tenir le rythme. Il y a eu la campagne présidentielle, et avant, la pression constante que pouvait occasionner la vie sous Sarkozy...avec les heurts, la peur de ce qui pouvait arriver, avec un Pierrot Le Fou aux manettes, sans la poésie.

Nous sommes dans une nouvelle ère. Il faut s'y faire. Il faut s'y adapter. Le moment est difficile, pour qui se sent en phase avec la politique de Hollande. Je me rappelle ce que j'avais pensé lors de l'élection de Obama en 2008. Passé le plaisir de voir qu'aux USA, un pas avait été franchi, vers une réelle avancée contre le racisme, puisqu'un métis afro-américain non issu de l'esclavage avait accédé à la présidence, je me suis vite dis que ce n'était qu'un américain, un exemple d'intégration, oui, un sauveur providentiel, non. Obama n'était qu'un américain qui a démontré qu'il pouvait être aussi peu judicieux dans ses choix qu'un WASP. Il pouvait se tromper comme n'importe quel autre américain.

Hollande n'est pas un sauveur non plus. Il est confronté à une société française, en miettes, destructurée et laminée par des années de sarkozysme. En a-t-il pris la mesure? Je ne sais pas. Franchement, il faudrait pouvoir poser la question à +Romain Pigenel ou +Mehdi Yanis ,, qui travaillent à la cellule web de l'Elysée mais dans les hautes sphères, on a peut-être trop de travail pour contacter une humble blogueuse, et on ne me connait pas assez sans doute...

Parce que la société française est encore là, immuable, éternelle : celle de l'humanisme, de l'esprit révolutionnaire, de l'envie de mettre le souk afin de changer , bouger dans le bon sens, celui de plus de justice, moins de peur, de repli. L'esprit français ose, dérange, innove. Ce n'est pas un ramassis de réactionnaires aigris, stériles, qui se prennent pour des sommités alors qu'ils ne sont que des singularités ordinaires(comme d'autres anonymes plus respectables), en profitant de l'Histoire des autres...ceux qui ont fait que ce ne sont pas des sujets, des esclaves des nobles, quantité négligeable...ceux qui ont libéré la France et sont partis dans les camps pour résistance, au lieu de se résigner au joug allemand...ceux qui ont bouté les Anglais hors de France. Les descendants de ceux-là,  au sens spirituel du terme, ils ne sont pas dans les petits nantis sclérosés, qui, ici ou là, crachent sur le vrai esprit français...

Ceux qui sont les descendants des frondeurs, des résistants, on en trouve dans le Front de Gauche, dans la gauche de la gauche...Seulement, on ne les écoute pas, au gouvernement. On ne tient pas compte de leurs avis, même dingue, même extrême...Alors, bien sûr qu'ils se radicalisent, qu'ils deviennent agressifs. Et ils en ont le droit. Il faut prendre les choses positives qu'ils peuvent soumettre, et le reste, on n'est pas d'accord, on laisse. C'est ça aussi la tolérance et c'est beaucoup moins fatigant.
De toute façon, on ne changera pas leur côté râleur, matamore, impulsif, humaniste dans leur colère. Et bien, eux aussi, ils ont le droit d'être ainsi... Car, s'ils n'étaient pas tels qu'ils sont, où seraient nos garde-fous, face à ceux qui exigent le droit à une pensée anti-démocratique, que certains laissent parler pour le droit à la pluralité....Celui qui s'indigne face à la misère humaine rend la dignité à tous et surtout redonne à la France son aura.
Je dirais juste une chose: personne n'a le monopole du coeur, comme l'avait dit ce brave Giscard, mais certains sont plus hypocrites que d'autres....et je ne pense pas aux +Groupe Leftblogs ni à des personnes comme +gauche decombat 
 
Enfin, je m'écarte un peu du sujet, la fatigue du blogueur...qui, je pense, est aussi due à notre société, qui, d'une part, n'arrive plus à s'écouter, qui laisse parler des personnes qui ne devraient pas se laisser aller à s'épancher ainsi sur certains sujets, mais qu'on tolère, et qui, d'autre part, censure d'autres propos, qui veut imposer des prohibitions...du politiquement correct sur d'autres domaines... un des sujets de mon essai, Le Soleil se couche à l'Ouest, que je développe dans un passage de manière très explicite...

Une société encore très tendue, fragilisée, ce qui se traduit de manière très aiguë dans des périodes comme la fin de l'année...

Rester presque tous les jours sur Internet, où les mots sont la communication principale, où ceux-ci sont parfois brutaux et soumis à controverse, puisqu'on ne récupère pas un mot par un sourire, une inflexion de voix, une chaleur humaine, celle de la rencontre hors virtuel, rester sur Internet dans ces conditions, cela peut fatiguer, c'est clair. Se battre pour des idées, chercher un dialogue et rencontrer des duettistes égocentriques et limités, c'est lassant, aussi, enfin cela peut.

Et puis, il y a certains parasites, qui s'accrochent, qui peuvent pomper, fatiguer, des parasites comme des trolls, enfin ceux qu'on considère comme tels, parce qu'il manque encore à certains l'éducation qu'ils auraient dans la vie, à laisser une bulle, un espace privatif à l'autre, parce qu'ils ne sont pas encore adaptés au web. C'est très vrai sur les blogs politiques, un peu moins dans d'autres cercles plus privatifs.

Alors, oui, il faut lâcher son écran, parfois et regarder une autre fenêtre que celle des ordinateurs, regarder le ciel, comme le montre +José Defrançois , juste regarder le ciel et s'émerveiller comme un gosse des beautés simples que la nature nous offre, faire un break, se ressourcer, apprécier les moments rares avec nos proches, voir aussi le web comme un espace ouvert sur le monde où nous pouvons rester en contact avec nos amis et découvrir d'autres personnes du monde entier, qui vous apportent leur sincérité, la pureté de leur amitié, le don, la chaleur humaine, celle qui arrive à transcender les mots.


Dédicacé à tous mes amis du web, politiques ou pas, de Twitter, de Facebook et aussi tous mes amis autres.

A Jacqueline mon amie solaire, Luisella, Bassam, Mohamed, Hasan, Ahmad, Josée, Monique, Elsa, Rolande, Maxime, Manuel, Toño, mon Stéphane, Sana, Souleyman, Rosella, Jean, Walerian, Zbigniew, Aurora, Ma douce Dina, Salam, Valérie, Drevelyn, Alexandre, Ikram, Aris, Rolande, Orietta, Simone et tous les autres, de France aux Maldives, des USA  à l'Afrique, vous tous mes amis qui ne sont pas tous dans la politique, mais qui   ont un coeur. J'ai envie de vous dédicacer cet article dont nous parlerons ou pas, une dédicace sans autre intérêt que celui  de vous remercier d'être des amis sincères, ce qui m'est précieux.

A mes amis des cercles politiques, de Twitter à Facebook, je pense aussi à vous très fort. 

image d'en-tête issue de brousse-en-folie.com 

8 commentaires:

  1. Bonne fêtes et tout ça !

    RépondreSupprimer
  2. Et surtout ne pas se prendre la tête , nous ne sommes que de passage sur terre , hier j'ai accompagné un ami jusqu'à sa dernière demeure ( un lac du jura).
    Sa vie résumé en 4 chansons choisies par lui: les copains d'abord, La Montagne, Que serais sans toi, mon vieux! plus quelques cendres éparpillées dans son coin du jura!
    Voila ce qu'il reste de notre trace sur terre!
    alors Carpe Diem et profitons vite et bien avant la fin du monde!
    Bonnes Fêtes Rosa

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Rosa,
    Un billet comme il me plait et que j'ai apprecié de lire ... criant de vérité, sous-jacent d'un ras le bol général ...
    Belle journée à toi et tous

    RépondreSupprimer
  4. Merci
    Et, bonne fêtes de fin du monde!

    RépondreSupprimer
  5. @rosaelle : merci. Bonnes fêtes à toi, et à tous ceux que tu aimes.

    RépondreSupprimer
  6. Désolé de ne pas être en phase avec ces propos.
    Même si tout n'est pas rose, j'ai vu des personnages magnifiques, tellement qu'ils ne le savaient même pas. Des personnages qui ont peur, qui ont froid, qui ne sont pas toujours d'accord entre eux sur certains buts, ni sur la manière d'en discuter. Pourtant, quand il le faut, ils ne sont plus qu'un seul cœur.

    Ce sont les défenseurs de Notre-Dame des Landes.

    Face à eux, j'ai aussi vu des aigris, des agressifs, des butés : souvent ce sont ceux qui soutenaient l'ancien régime, celui de l'an dernier, aussi bien que le nouveau - dans la mesure où il y a du nouveau dans une politique qui n'a pas changé d'un iota.

    Il y a un vieux monde que je trouve abject, celui de nos chers politiciens du FNUMPS, et il y a une relève magnifique, où certains n'ont pas vingt ans, et d'autres ont trois fois plus.

    Seul problème : l'ancien monde défend son pré carré avec violence, oui, violence, une violence disproportionnée. C'est pourquoi le cœur y est à soutenir de tous les moyens possibles ceux qui représentent l'avenir.

    La fin d'un monde ? Je l'appelle de mes vœux, tout en sachant fort bien que pour le moment, il ne se passera rien.

    Mais qu'ils démissionnent, tous, ces amoureux du Capital, du Profit et du Pouvoir ! Comme de toute façon ils ne sont là que pour brader en direction des carnassiers toutes nos richesses, ils ne sont pas utiles, ils ne sont que nuisibles. Jusqu'au plus haut niveau de l'État. Dommage que tant de gens ne l'aient pas compris avant les élections...

    RépondreSupprimer
  7. En tout cas l'esprit de la France n'est pas à gauche.
    C'est l'horreur absolue.
    On nous fait passer le socialisme pour du patriotisme.
    Malhonnêteté lexicale.
    Aucun mot n'est sacré à gauche, tout est vidé de son sens..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas qui vous êtes, en tout cas ni à gauche ni à droite.
      Tout en bas, vers les égouts?
      Si vous étiez si patriotes, vous sauriez que l'esprit de la France est composé de la droite et de la gauche, mais pas de la fange d'extrême-droite ou de ceux qui empruntent leur vocabulaire.
      En parlant ainsi, vous vous décrédibilisez complet.

      Supprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer