Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

samedi 31 août 2013

Syrie: la guerre des blogs aura-t-elle lieu ? Appel aux amis et collègues

Obama est coincé: contre une partie de la population américaine, qui en a marre qu'on lui serve la même soupe, il s'engage dans une voie sur laquelle il n'a aucune visibilité.
Cela me rappelle un gamin qui a assuré qu'il savait nager, et qui, pour ne pas passer pour un con, se met à l'eau avec des brassards, entrainant le brave copain du coin, pas très fufute mais sympa, afin de traverser la piscine...tandis qu'il essaie de ne pas voir ceux qui se moquent de lui sur le bord.
Oui, mais c'est grave, comme situation. C'est pas un pari stupide entre gosses, cela implique des superpuissances armées jusqu'aux dents.
Et  l'autre jour, sur France Info, un gradé haut-placé rappelait que la Syrie reste encore une formidable machine de guerre, appuyée par la Russie, qui possède, via la Mer Noire, le moyen de bloquer les accès en Méditerranée, et des missiles longue portée qu'on peut facilement amener aux Syriens, si ce n'est déjà fait, qui peuvent toucher la France de la Syrie. Comme ces missiles ne sont pas du tout précis, on ne sait pas où ils peuvent tomber: en Italie, en Suisse, sur Rhône-Alpes, par exemple ou la région parisienne.....c'est une hypothèse selon la trajectoire.
Car il va falloir descendre un jour sur le territoire syrien, si on suppose être vraiment efficace, à moins de se retrouver comme dans la situation libyenne...pas la peine de vous faire un dessin, je crois.

La dernière fois où la France s'est retrouvée sur le terrain, elle a eu la chance au Mali d'avoir des interlocuteurs de bonne foi, comme le Burkina Faso et l'Algérie, et même la Suisse...qui ont servi d'intermédiaires pour une solution politique provisoire négociée.
L'Azawad, dans le cadre des accords de Ouagadougou, va obtenir un statut social autonome.
Je me rappelle tous ceux qui disaient que cette région n'existait pas, en Janvier, et qui ne dissociaient pas le mouvement du MNLA des terroristes qui continuent à sévir néanmoins en Afrique.
Est-ce que la France a réussi son objectif de départ?
Certains au Mali considèrent le nouveau président comme la créature des Français, comme Ouatarra en Côte d'Ivoire. La cohésion nationale est fragile.
L'Azawad sera sans doute conforté dans son statut autonome et les zones minières qui la composent remises en question: est-ce que les multinationales françaises seront pour autant à l'abri? Certains maliens vont-ils accepter la tutelle des Touaregs sur leur territoire?
L'armée malienne est-elle vraiment rentrée dans le rang?
Si l'on considère les objectifs premiers tels qu'ils étaient définis en Janvier, soit protéger la population et réconcilier tout le monde...l'intervention militaire a-t-elle vraiment mis hors service les terroristes islamistes?
Le silence dans nos médias est éloquent.

Si victoire il y a, elle est alors à la Pyrrhus. La France a énormément perdu en Afrique de sa crédibilité, et la Chine, sans rien faire, va tirer les marrons du feu. Côte d'Ivoire, Libye, Mali : tout ceci en termes d'image dans la population est une catastrophe au niveau de l'opinion Africaine. Certains vous diront que ça ne date pas d'hier: le rapport  datant de 2007, et le lien avec les interventions qui suivront peut aisément être fait chez certains esprits critiques.

En Centrafrique, c'est le chaos, les groupes terroristes s'infiltrent et Hollande parle beaucoup, semblant inquiet mais la manière dont la France parle est perçue comme l'humiliation de certains Africains à être incapables d'agir eux-même. Aucunement une preuve de l'amour des Français pour ce Continent. Hollande va-t-il intervenir? Faut dire que la Centrafrique n'a pas beaucoup de richesses minières ou autres...

Nous nous sommes déchirés, entre blogueurs, au sujet du Mali, il y a quelques mois. J'ai même failli perdre l'amitié qui m'était précieuse avec Bembelly. Jegoun avait pris le parti de soutenir notre pays. Sarkofrance croyait en la sincérité de Hollande et de la France. Je ne veux aucunement revivre cela!

Nous sommes à la veille de l'intervention en Syrie: si nous ne sommes pas d'accord, je lance un appel. Ne nous déchirons pas, ne faisons pas la guerre entre blogs interposés sur ce sujet qui est encore pire que le Mali, car franchement, on ne peut être ni pour Assad et les militaires, ni pour les rebelles dont on sait qu'il y a des terroristes dans leurs rangs. Cette situation est pourrie. Quoi qu'il se passe, l'intervention militaire ne vise pas une solution politique, comme au Mali où très vite, on y a pensé, en restant neutre, mais c'est une expédition punitive qui reste floue dans ses objectifs et surtout sur l'avenir du conflit qui s'est encore une fois internationalisé.
Cela ne résoudra rien pour la France dans notre crise et notre économie.
 Tiens, d'ailleurs, pour faire plaisir aux nationalistes, notre pays sombre de plus en plus en matière de souveraineté économique et diplomatique. La Droite ne va pas manquer de s'en servir pour les prochaines élections, oubliant au passage ses propres carences et je ne dis rien sur l'opportunisme charognard du FN...

Que disent les blogs amis sur le sujet de la Syrie?

L'avis de Juan est nuancé, interrogatif.
Jegoun traite le sujet  avec humour sans exprimer d'avis définitif.
Mise à jour de 15h03: Nicolas soutient Hollande.
Bembelly se moque des Anglais.
Le Kiosque aux Canards essaie d'être objectif.
Bab est contre, en donnant une réponse alternative aux sources de ce conflit.
Elie Arié rappelle qu'on n'est pas loin de la quadrature du cercle.
Ruminances met en garde contre le coût des guerres.
Gérard Duschmoll passe au vitriol les actes de Hollande.
Rannemarie est contre, sans surprises.
 Romain Blachier donne une  raison afin d'intervenir.

Lui, je découvre son auteur: le Vol du Héron donne une raison contre.

Voir aussi Zebuzzeo, à consulter avec recul mais des éléments intéressants.

Donc pour le moment, le débat est assez tranquille.

Et les nauséabonds? Pour le moment, ils s'en contrefichent. ( lien à consulter de manière très prudente)
Alors ne leur laissons pas le loisir de s'immiscer dans une éventuelle querelle.

Que la guerre des blogs n'ait pas lieu sur la Syrie: de toute manière, cela ne va pas alléger le coût humain si, une fois l'intervention décidée, le patriotisme et le soutien à nos troupes puissent prendre le dessus sur le débat.

Amis blogueurs, je vous lance donc cet appel! Continuons à échanger, même quand nous serons engagés en Syrie, vu qu'on s'y "achemine" tranquillement...
Il reste encore le volet intérieur si on veut "s'engueuler"...il y a des sujets assez sensibles à aborder comme cela, aucune raison d'en rajouter une autre...

 





15 commentaires:

  1. suis pas d accord avec la guerre , tuer des humains avec n importe quoi , c inadmissible

    RépondreSupprimer
  2. C'est tout de même curieux, de mettre un lien vers mon blog, alors que je n'y ai fait aucune allusion à cette guéguerre (et n'ai pas l'intention d'en faire).

    Mais vous avez bien fait de recommander la prudence : des fois qu'il y aurait des émanations de fascisme et que tous vos lecteurs se retrouvent contaminés…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement! aucun de chez vous n'y fait allusion aujourd'hui!
      L'absence est toujours significatif :-)
      Je recommande la prudence, car vous scandalisez mes fans sur Twitter, quand ils vous découvrent: moi, je suis blindé, à force.

      Supprimer
  3. Nouveau commentaire de Nicolas Jégou:
    "Je n'arrive à commenter chez toi : imbécile d'iPhone. Tu peux donc ajouter mon commentaire à la main...

    En appelant au calme du manque singulièrement d'objectivité. Il est normal d'être en désaccord entre blogueurs. On peut s'engueuler, un peu comme on s'engueule au bistro. Le calme revient après.

    Au Mali, l'intervention a permis d'empêcher l'installation d'une République islamiste. En cela c'est une victoire totale même si on sait bien qu'une démocratie ne s'installera pas du jour au lendemain.

    Les nauséabonds ont droit comme tout le monde à avoir une opinion.

    Tu dis que je n'ai pas d'avis définitif : mon billet est clairement un soutien au gouvernement.

    A+
    N.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma réponse:
      N'aurait-on déplacé le problème en Centrafrique, si tu suis le lien d'après Hollande, en plus?
      Il y a s'engueuler et s'engueuler.
      Se déchirer, ce sera sans moi.
      les nauséabonds ont tellement droit à leurs opinions que quand ils n'en ont aucune, je le souligne ;-)
      A +

      Supprimer
    2. 1) Moi non plus je ne peux jamais commenté chez toi avec l'iPhone. Et sur Mozilla, je suis obligée de passer directement chez toi car feedburner fait planter les com.
      2) Je soutiens aussi l'intervention en Syrie. Mes arguments sont au ras des pâquerettes. Je sais pertinemment qu'on ne sait pas si l'après Bachar sera mieux ou pire, mais en l'état, m'est avis qu'"on" ne peut pas rester spectateurs passifs.

      Supprimer
    3. Je suis pour une réelle pression pour une négociation réelle, et bien entendu, on ne peut pas rester spectateur, comme sur ce qui se passe en Palestine, d'ailleurs.
      Mais ça, on sait bien que ça va continuer.
      Alors, je crois qu'il devient urgent de mettre tous les problèmes sur la table.
      Je n'ai jamais dit que je soutenais Assad ni les rebelles : je vois juste la population, comme toi.

      Supprimer
  4. Une excellente analyse (qui n'est pas de moi !!!) et que je poste sur tous les articles parlant de la Syrie, car elle le mérite: le commentaire N° 3, de Bernard Marcelé, de l'article
    http://tinyurl.com/qekgzll

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh....on irait se racheter de la lâcheté sans nom qui a été la nôtre durant le franquisme en allant en Syrie?
      Mais il n'y a eu, au contraire du Mali, aucune volonté sérieuse de négocier! On ne peut pas dire que les négociations ont échoué, elles n'ont jamais vraiment eu lieu!personne ne voulait rien lâcher, y compris les USA qui soutenaient les rebelles en même temps...

      Supprimer
  5. Bon, ok, comme c'est gentiment demandé, je vais répondre.

    Ton bilan sur la Mali (et l'Afrique en général) est eronné. Tu parles de la victoire (Hollande) à la Papyrus avec des raccourcis sur Ouatarra toussa, ok.

    Une question: Avant l'intervention "Pépère" de la France, elle était "super géniale" la situation au Mali et en côte-d'Ivoire? Tiens je te cite: "tout ceci en termes d'image dans la population est une catastrophe au niveau de l'opinion Africaine" (?) T'as fait un sondage? T'étais sur place? Au fait L'Afrique, qu'est ce que t'en sais?

    On va faire un marché. Tu éviteras de me citer sur l'Afrique, le Mali, la Syrie, les arabes, les musulmans, les barbus etc. et tout ira bien. Mieux, évite d'utiliser "L'Afrique" dans ton combat politique, L'Afrique n'a rien à voir avec la crise syrienne et, (info) elle ne se limite pas aux territoires "musulmans", il y a le Kivu, Mbandaka, Cabinda, Centrafrique, le Malawi, le Zimbabwé, le Kilimandjaro, Guinée-Bissau, Owando, l'Angola, etc... À la longue, ça fatigue.

    Et la guerre des blogs n'aura pas lieu. Non, il n'y a pas de raison.

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy Alain: j'ai de très bons amis Centrafricains même pas musulmans.
      L'Afrique, c'est vaste effectivement.
      Pour le reste, nous sommes libres d'avoir des différents en se respectant, bien entendu.
      C'est tout ce que je voulais entendre.

      Supprimer
    2. Nadine Morano a une copine tchadienne plus noire qu'une arabe...
      (Bon dimanche)

      Supprimer
    3. Bon et bien j'aurai essayé...
      Crois-tu franchement qu'on peut choisir ses amis en fonction de leur religion? C'est ce que je voulais dire, tout simplement.
      L'amitié et l'affection que l'on a pour un être humain ne peut se déterminer en fonction de ses origines, quelles qu'elles soient.
      L'amour que l'on a pour un endroit ne se commande pas.
      Bohringer aurait-il du se taire parce qu'il n'était pas d'origine Africaine? Il aurait du ne jamais devenir Africain?
      Donc je crois qu'on va en rester là. Affectivement.
      Par contre, si j'ai envie de parler de l'Afrique, comme de la Syrie, de la Chine ou d'ailleurs, je le ferai.
      Car dans ces cas-là, aucune intervention militaire ou autre ne se justifie encore moins.
      Bref, je suis désolée d'avoir osé parler à coeur ouvert.

      Supprimer
  6. Un concept détestable : le droit d'ingérence. Que ce soit bien ou mal, et je pense que c'est mal, les rapports humains à grande échelle dans ce monde sont basés sur les frontières. Violer celles-ci sans y avoir été invité par les autorités locales contrevient au droit international. C'est pourtant ce que font impunément "les Occidentaux" et leurs "protégés".

    C'est à nouveau ce que veulent faire "les Occidentaux", après ces catastrophes que furent l'Irak et la Libye, ces fiascos que furent le Viêt Nam, l'Afghanistan ou la Côte d'Ivoire... C'est logique, puisque c'est au nom (caché) de leurs intérêts que ces eurent, ou ont lieu. L'humanitaire est le haillon dont se drapent des personnages imbus de leur propre aura.

    Non, aller en Syrie, après s'être ingénié à y pourrir une situation "pas terrible", mais interne, c'est encore une chose qu'il ne faut pas : elle ne fait que révéler des appétits qui n'ont rien d'humanitaire, mais qui empestent le gaz et le pétrole. Et y avoir laissé s'introduire des terroristes grassement payés par le prince Bandar et l'Arabie saoudite, avec des gaz mortels (il est prouvé, et re-prouvé que ce sont eux qui les ont utilisés) est tout simplement criminel.

    Au même titre que GW Bush, Obama devrait être traîné devant le tribunal international. Mais des dirigeants d'autres pays, comme Blair, Sarkozy, également.

    La politique intérieure n'est pas mon sujet favori : je préfère l'International, qui est la clef des "réformes" internes le plus souvent. Et si Hollande a la place qu'il occupe, c'est avec l'aval préalable "des Autres".

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer