Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

jeudi 30 janvier 2014

Le loup dans l'ABCD de l'égalité






J'ai un gros souci.
Je voulais discuter du boycott des produits israéliens issus des colonies illégales selon le droit international, qui portent de plus en plus leurs fruits.
Mais une question me taraudait ce matin, entre le café, des volutes de vapeur nicotinée à la pomme, et les infos de la télévision.

On est sensé savoir ce que le programme sur l'égalité hommes/ femmes n'est pas, mais dans les médias, on ne vous dit pas ce que ces fameux programmes sont.

Alors, je suis allée voir.

Première surprise, et de taille: le premier lien que l'on trouve est sur le Ministère des droits des femmes, ce que j'en déduis de manière mathématique et logique est que ce programme n'est pas basé sur l'égalité entre les deux sexes mais est clairement basé sur le postulat qu'il faudrait avantager le sexe féminin, puisqu'il y a déséquilibre.
Or, si on veut promouvoir l'égalité, on ne va pas prendre une des parties pour en faire le juge du débat.
On ne peut pas promouvoir une quelconque égalité de cette manière, ce n'est pas créer un déséquilibre en faveur d'une des parties afin de remédier à un autre déséquilibre.

C'est stupide. Si les réacs qui s'énervent contre les études du genre à l'école sont crétins, ceux en face ne  sont pas mieux.

Du site de cette chère Belkacem, qui, décidément, n'a rien dans le crâne, c'est mon avis, c'est en plus le fusible parfait, l'avenir nous le dira, on nous renvoie au site du CNDP.
On trouve ainsi les outils que les enseignants devront utiliser.

On trouve l'une des inspiratrices de ce merdier, enfin, c'est ce qui me semble, et vous verrez à la lueur de tout ceci, que rien de ce qui est proposé ne tient debout. Cette muse s'appelle Geneviève Guilpain, qui selon ses propres mots, veut convertir tout le monde aux études du genre. Malheureusement, quand on cherche à diffuser le fruit d'études diverses autour de soi, c'est bien d'une théorie dont on parle. Arrêtons donc de tourner autour du pot et appelons un chat un chat. Se servir d'études pour imposer une ligne directrice, c'est promouvoir des théories.
Après, si ces théories sont bien ou pas, c'est autre chose. Bien pour qui et pour quoi, c'est ce dont il faut discuter, mais avec objectivité, neutralité, arrêter de traiter les autres comme des imbéciles, c'est là où on n'est pas mieux que celui qu'on traite de con.

Donc, je suis allée lire les fiches pédagogiques qu'on conseille à ces pauvres enseignants, à mon avis des victimes, aussi, d'expérimentations hasardeuses, c'est ce que j'en ai déduit.

La première fiche traite du sport à l'école:

"Nous relatons ici un débat avec des CM, mené dans l’école de Saint-Amand (Manche)."



Admettons que ce débat ait eu lieu vraiment.

Avec ce genre d'affirmation, ayant fréquenté des gamins de cet âge, on ne risque pas, vu leur culture que des gosses connaissent le Lac des Cygnes.... (cf cet extrait "F : Dans le Lac des cygnes, y’a des garçons.").



 La mère que je suis trouve choquant qu'un enseignant puisse surveiller des discussions et les transmettre à des tiers mais admettons qu'on puisse se baser dessus.

Admettons, quand on voit que les pédagogues mentent sciemment à des gosses de 8 ou 9 ans, afin qu'ils servent de référence à une fiche test, je crois qu'il y a là, déontologiquement, un problème qui est quand même grave. On ne paie pas des enseignants pour qu'ils se servent de nos gamins comme de vulgaires cobayes, en mentant, par dessus le marché. Après, on s'étonne que des parents puisse croire à des rumeurs...



« Le ministère de l’Éducation nationale voudrait savoir ce que les enfants pensent du sport. C’est une sorte de sondage. » 

"Nous avons choisi des activités physiques et sportives où l’activation des stéréotypes sexués est forte. Nous avons fait les hypothèses suivantes : idée générale à combattre : il y aurait des sports pour les hommes et d’autres pour les femmes (force contre beauté)."

 

On lutte contre des stéréotypes, on en impose d'autres! Ce qui est d'autant plus stupide que les idoles incontestées en danse s'appellent Michaël Jackson, Usher, Justin Timberlake, Kamel Ouali , Reda, etc...que des mecs. Dans les compétitions de danse urbaine, des banlieues, ce dont tous les gosses se réfèrent, une fois ados, les épreuves sont mixtes, les équipes le sont aussi. 

On a l'impression que les formateurs se sont endormis depuis des années devant Billy Elliot, ayant eu tellement la larme à l’œil qu'ils ont oublié de vivre avec leur temps, on se demande qui sont les réacs et les demeurés d'un autre âge...

A comparé, TF1, avec  son programme "Danse avec les Stars", est d'une modernité criante.

Ces formateurs ont oublié que plus que Pietragalla, les plus célèbres en danse classique, dans le monde sont Béjart, Noureiev, Patrick Dupont...etc...

Ce qui n'empêche pas du tout les gosses de tout âge de ne pas rêver devant le rugby, et garçons ou filles, de n'en avoir rien à faire, de ce sport ou d'avoir envie de le pratiquer, et ce n'est surement pas en disant que c'est bien pour les filles, alors que ce sport amène de graves séquelles physiques, au niveau amateur, quand on le pratique : nez cassé, genoux brisés, arcades fissurées, dos en miettes etc...j'en passe et des meilleurs.

Mais comme il faut expliquer qu'en sport, on est tous égal, cette bonne blague! On est prêt à toutes les conneries.

Y compris à remettre en question le fait qu'une petite fille puisse ne pas aimer jouer à des sports violents. Le rugby, c'est pas la force, non, c'est la violence des mêlées, des plaquages, c'est un sport de brutes joué par des gentlemen, sans doute est-ce pour cela que les formateurs, qui n'ont jamais pratiqué ou connu ce sport, ont choisi cet exemple débile.



Mais tout ceci, cela se discute encore, c'est pas encore trop curieux, bizarre, choquant.

Même cet extrait-ci, bien qu'incongru, ne l'est pas trop:



Le débat à propos du sport quand elles/ils seront adultes : Tous veulent faire du sport (pour la santé, pour l’énergie, pour les muscles), mais pensent peut-être manquer de temps (parce que leurs parents manquent de temps). Un débat sur le déséquilibre de temps de loisirs

entre femmes et hommes a commencé à s’instaurer. Nous n’en rendons pas compte ici parce qu’il s’éloigne de la thématique del’EPS (partage de tâches entre femmes et hommes, avoir des enfants ou pas, etc.). Il aurait pu se prolonger par un débat à part entière sur l' égalité dans la vie quotidienne, en s’appuyant sur des statistiques à commenter par exemple.





Qu'est-ce qu'on va parler à des gamins de cet âge dont 51% ne sauront pas lire correctement et couramment en 6ème, du partage des tâches et d'avoir des gosses ou pas? Et les enseignants se plaignent du manque de temps...montrer des statistiques à des gamins qui ne savent pas en calculer encore!



On va aussi discuter des méthodes de pédagogie:



Pour analyser les réponses des élèves et les aider à argumenter, sans porter de jugement, il est intéressant de sentir quel est le degré de dépendance par rapport aux stéréotypes. Pour cela, nous utilisons l’outil « dépendance/indépendance à l’égard du genre » de Cendrine Marro. Les enfants dépendants du genre reproduisent, utilisent les stéréotypes sexués pour argumenter. Pour les enfants « indépendants à l’égard du genre », la bi-catégorisation garçon-fille n’est pas activée, ils-elles font appel d’autres arguments : droit/pas droit ;compétent(-e)/ incompétent(-e)(..)



Rentrer dans ce genre de délire, c'est surtout empêcher l'individu, la personne, de se construire en toute indépendance, en tant qu'être humain, singulier, original, l'empêcher de devenir soi-même en lui mettant dans la gueule qu'il est de toute manière en train de penser de manière fausse, de croire qu'un garçon est plus fort physiquement qu'une fille, alors que c'est une réalité physique: tellement physique que les sports des JO, que les enfants vont regarder avec leurs parents, sont fractionnés entre les épreuves féminines et masculines...et que si on rendait une mixité obligatoire, on n'aurait que des hommes sélectionnés, au niveau des chronos, les gamins ne sont pas non plus des cons...

On va arriver au point culminant de cette pédagogie de l'absurde:



Sur cette fiche pédagogique-ci, qui traite aussi soit-disant de l'égalité homme/femme, parce que là, il y a un vrai loup, on nous propose de scénariser dès la maternelle une danse entre les petit chaperon rouge et notre loup.

Ce conte met en garde l'enfant contre les adultes qui auraient de mauvaises intentions, et surtout le fait d'inciter les enfants à ne pas hésiter à s'adresser aux autorités, qui le protègeraient, en l'occurrence ici, au chasseur, qui délivre le petit chaperon rouge et sa grand-mère de l'estomac vorace du loup.



C'est pas franchement un truc gai et sympa, il fallait faire en sorte que l'enfant, qu'on ne pouvait tout le temps surveiller, ne se lie pas avec un prédateur sexuel, qui existait aussi en ces temps-là, et qu'il fasse assez confiance aux adultes afin de leur signaler tout suspect, rodeur ou autre marginal.



Là, on vous transforme allègrement le bouzin en une danse, pour le moins incompréhensible pour l'enfant, tous les enfants connaissent ce conte, limite sexuée, en tout cas, c'est comme cela qu'on ne peut que le comprendre:



Page 2:  Le Loup séduit le Chaperon, rencontre, découverte de l'autre ...

Il faut apprendre à être très près de l’autre (caresser  sans toucher), à faire durer l’action longtemps et très doucement



 Effectivement, là, comment interpréter cela :  on mélange, on va au-delà de ce qui est permis, ceci est clairement tendancieux, associé en plus à la séduction...là où dans le conte, il est dit clairement que le loup trompe l'enfant et l'escroque, voir de la séduction là-dedans est proprement spécieux.

Après, allez donc tordre le coup aux rumeurs que propagent les réacs, c'est ce qu'on appelle tendre le bâton pour se faire battre...



"Pour la répartition des  rôles , les garçons pensent tous au départ qu’ils seront loup et les filles chaperons ! Mais des filles ont aussi envie d’être loup, il faut donc négocier !... Si le module comporte 12 à 15 séances, les deux rôles seront travaillés alternativement et les rôles seront fixés juste avant le « spectacle ».En maternelle, les enfants acceptent facilement la mixité des rôles. En CE2, l’album

« Dans la forêt profonde » où le Petit Chaperon rouge est un garçon, leur permet de mieux répartir les rôles.



Sur les relations entre garçons et filles, nous avons opté pour des duos loup-Chaperon non systématiquement mixtes. Le choix pourrait être différent, il nous a semblé qu’en primaire, la lutte contre les stéréotypes passait d’abord par la mixité des rôles loup-Chaperon.

Dans les situations de contact (séduction du loup et fausse bagarre), il peut y avoir des réticences. Il faut varier les duos (en les tirant au sort par exemple) pour que les enfants s’habituent à jouer avec différents enfants, garçons ou filles. Pour éviter les approches trop

affectives, il est nécessaire de centrer les enfants sur la relation intention-expression. Il  est intéressant de faire remarquer que deux  filles ou deux garçons ne trouvent pas les  mêmes réponses qu’un duo mixte pour que le groupe s’enrichisse de cette diversité. Dans les discussions, il faut être vigilant sur la prise de paroles. Les garçons peuvent avoir tendance à s’effacer au profit des filles dans cette activité.



Ce truc, bidon, parce que là, on a quand même des contes de fée bien plus valorisant pour les filles, comme Hansel et Gretel, où la sœur permet aux enfants de tuer la sorcière, et que même-là, je ne vois pas quel est le point positif de permuter les rôles...quand on sait que tout le monde, fille et garçons, depuis la nuit des temps, a joué au  loup, grâce à la comptine dédiée "loup, y es-tu, m'entends-tu", chacun prenant la place de celui-ci...



En plus, ici, on scénarise une bagarre, et la mort du loup.

Va expliquer après que la violence n'est pas la réponse, quand Kévin va attraper Laura dans la cour et lui mettre une rouste, en expliquant qu'il jouait au chaperon rouge et au loup, comme en danse!

J'attends de voir ça...



C'est quand même grave, qu'on incite à la violence, sous prétexte d'égalité, j'ai du perdre un morceau...



Après, on se demande comment une certaine Farida Belghoul arrive à faire croire n'importe quoi à des parents d'élèves...On se demande..c'est pas comme si nos enseignants avaient des pédagogies à la mors-moi le***, comme guide pour des ABCD de l'égalité.



Alors, on peut les traiter de crétins et de demeurés. 


On peut aussi se demander si on n'a pas d'autres chats à fouetter, à l'heure où  les investissements étrangers ont chuté de 77%, et qu'on ne me dise pas que c'est la faute de Sarkozy, c'était l'année dernière...

19 commentaires:

  1. Tu as une lecture partiale et désordonnée de la question. Ne pas soutenir le gouvernement est une chose, croire comme la droite et la vrauche qu'il donne dans le sociétal pour cacher la misère économique est ton droit... justifier une rumeur émanant d'un cloaque extrémiste à l'endroit de personnes défavorisées culturellement et faibles intellectuellement est un comble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, on parle pas de rumeur:
      Justifie-moi ce que le Ministère, via le CNDP a écrit:" Le Loup séduit le Chaperon, rencontre, découverte de l'autre ...

      Il faut apprendre à être très près de l’autre (caresser sans toucher), à faire durer l’action longtemps et très doucement".

      Comment on doit traduire ça?

      Tu as des gosses? Moi, si.

      Alors, je ne suis ni de droite ou de gauche, pour moi, les deux camps sont aussi crétins les uns que les autres en ce moment.
      J'ai pas de leçons à prendre sur l'antiracisme.
      Et Où tu as lu que je soutenais Farida Belghoul et cette merde d'égalité et réconciliation?
      La plupart des blogueurs ne connaissaient même pas ce truc il y a deux ans, alors que cela fait depuis le début que je me bat contre eux!

      Supprimer
    2. C'est intéressant mais j'ai juste quelques remarques sans prétention:
      "Malheureusement, quand on cherche à diffuser le fruit d'études diverses autour de soi, c'est bien d'une théorie dont on parle" .non c'est seulement d'une étude . Personne n'empêche personne de diffuser d'autres études. D'ailleurs il y en a tellement que bien souvent les enseignants finissent par les oublier.

      J'ai été enseignant après 68 et les choses n'ont pas beaucoup changé. Je ne te raconte même pas ce qu'on nous "diffusait" à l'époque et ce qu'on en retenait, ça te ferait dresser les cheveux sur la tête :)
      Car au pire ce ne sont que des recommandations, au mieux des conseils.

      D'autre part personne ne se construit tout seul, on est tous imprégnés du savoir des autres, de nos habitudes, des différents critères de nos classes sociales. C'est après l'école et souvent bien après, quand nous avons nous-mêmes fait nos expériences que nous pouvons -peut-être- nous en débarrasser et penser ( à tort ou à raison ) que nous sommes libres intellectuellement.

      D'autre part une fiche pédagogique n'émane jamais directement du ministère de l'éducation nationale. Elle est seulement sensée représenter la ligne pédagogique générale mais elle est "fabriquée" par des conseillers, des inspecteurs, des maîtres d'application, etc....
      Il m'étonnerait que Peillon ou Belkhasem en aient même pris connaissance.
      Des fiches comme celles-ci j'en ai reçu des tas . Personne n'est obligé de les suivre à la lettre , chaque enseignant les applique ..ou pas en son âme et conscience et en fonction de ses propres connaissances et aussi de sa propre intelligence.

      On trouvera donc forcément des fiches de ce type avec lesquelles on sera complètement en désaccord . L'obligation de l'enseignant est de suivre le programme , pas forcément la pédagogie officielle, il faut être tordu pour croire ça.

      Enseigner c'est apprendre à réfléchir , alors pourquoi ne pas faire faire des exercices à des garçons ou à des filles lors desquels ils se prennent pour "l'autre". C'est très instructif socialement et pas du tout tendancieux. D'ailleurs très souvent les enfants se régalent de ce "genre" d'exercice. Beaucoup d'enseignants s'en servent pour faire tomber les préjugés et les tensions.

      La pédagogie a toujours été une "expérimentation", bien malin celui qui saurait dire "c'est comme ça et pas autrement" . Une des pires a été celle de la lecture globale où les résultats déplorables n'ont été malheureusement palpables que bien des années plus tard.

      Le problème de notre système éducatif officiel c'est que chaque ministre veut y laisser sa patte. Allègre parlait de "dégraisser le mammouth", j'ai toujours pensé qu'il avait raison . Mais la tâche est rude et les résultats incertains. Car l'animal est lent et ses réflexes toujours les mêmes:un grand coup de défense à celui ou celle qui "ose" le défier.

      Une des formules qui circulait alors ( et qui circule encore) . 'Tout jeune on devient instituteur ( aujourd'hui professeur des écoles) par passion, puis conseiller pédagogique par raison, puis le temps passant inspecteur par ennui et on finit sa vie en écrivant des manuels pédagogiques par intérêt " . Je te laisse méditer sur la formule.
      Très bonne journée Rosa

      Supprimer
    3. Gérard,
      Je suis contente d'avoir enfin une critique constructive, et nous savons tous les deux que sur ce sujet, nous avons des désaccords.
      Oui, depuis 1968, l'école est une expérimentation, qui a conduit à des désastres, comme la méthode globale, qui ne sont pas seulement à mettre sur le dos des profs.
      Il y a eu la période Dolto, la période Badinter, etc...

      D'ailleurs, ce que je reproche à tout ceci, ce n'est pas les conneries des fiches pédagogiques, j'en ai effectivement vu passer quelques unes aussi du temps où j'étais dans ce milieu aussi.
      C'est qu'on puisse aussi facilement tomber sur le net sur ce genre d'inepties, dont on sait très bien que l'enseignant en fait ce qu'il peut ou ce qu'il veut.
      C'est que le gouvernement ne clarifie pas la chose:
      Voilà ce que dit le SNUipp-FSU :

      "La FCPE, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNUIPP-FSU considèrent qu’un projet pédagogique comme celui des ABCD développe l’esprit critique des enfants et peut permettre de lutter contre tous les stéréotypes : racistes, d’âge, de classe, etc... Les organisations demandent au ministre de tout mettre en œuvre pour informer les familles du contenu réel des ABCD de l’égalité et pour soutenir le travail pédagogique des enseignants au service de la réussite de leurs élèves."

      C'est ce qui doit être fait: clarifier et informer les familles, au lieu de laisser des fiches pédagogiques trainer sur le net.

      Quand à la marque de fabrique de chaque Ministre, celui-ci est aussi très impliqué : c'est franchement dommage, c'est de savoir dont ils ont besoin, les gosses, pas franchement de servir de tests pour "la marque de fabrique"...

      Supprimer
  2. "On peut aussi se demander si on n'a pas d'autres chats à fouetter, à l'heure où les investissements étrangers ont chuté de 77%"

    Oui, voila. Arrêtons d'essayer d'instruire nos gosses intelligemment et donnons leur à chacun une serpillère et une clé de 12. Qu'ils bossent et se taisent, merde ! Un peu de respect pour le CAC 40 bordel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, un fille fait un bon esclave, tout autant qu'un garçon :-)
      Merci de détendre l'atmosphère!

      Supprimer
  3. Un document à visée pédagogique est à prendre dans son ensemble... tu tires un paragraphe et tu tentes de l'expliquer à l'aune d'un événement dont les sources et les visées sont clairement antirépublicaines (communautaristes/Islam et extrême droite/catho). Ni de droite ni de gauche doit être intenable comme situation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je montre les failles et les erreurs, car j'ai la faiblesse de croire que ce sont des maladresses, qui font que des réacs de la pire espèce s'engouffrent dedans. Si moi je les ai vu, c'est évident qu'ils les ont vu avant moi et qu'ils en ont profité.
      C'est justement en montrant cela qu'on peut corriger les choses INTELLIGEMMENT.
      J'aimerais que justement, on puisse expliquer TOUT le programme de l'ABCD de l'égalité et surtout, le sortir du ministère des droits des femmes, car il me semble que cette égalité nous concernent tous.
      J'attends qu'on me prouve le contraire de manière argumentée, en l'occurrence, ce n'est pas le cas encore une fois.

      Quand au fait que je ne suis ni de droite ni de gauche, je suis très bien dans ma peau d'anarchiste libertarienne. Je vote toujours avec ma conscience, quand au fait que ce n'est pas facile, il est vrai que pour la première fois de ma vie, je risque de m'abstenir aux prochaines élections, avec les conséquences que l'on va voir, sans doute. Je ne serai pas la seule hélas.

      Supprimer
  4. Néanmoins, pour que les choses soient très claires je soutiens à 100% le commentaire de Captainhaka ;-)

    Vous avez lu la fiche pédagogique du Petit Chaperon Rouge en lui prêtant toute une série de sous-entendus plus ou moins glauques, donnant ainsi du grain à moudre aux réacs que vous dites pourtant combattre... Or il ne s'agit rien d'autre qu'un outil dédié à des professionnels de l'enseignement en école maternelle, juste pour faire danser des gamins entre eux. Rien d'autre quoi ! Des fiches comme ça il doit en exister des milliers depuis des dizaines d'années (arrêtez avec vos fantasmes sur le mot "caresser" !). La seule différence étant qu'ici l'objectif est AUSSI de montrer qu'un garçon danse comme une petite fille sans que ce soit choquant ou ridicule.

    Le problème avec votre article c'est que si un disciple de Farida Belghoul ou un autre azimuthé tombe là-dessus il s'empressera de porter sa bonne parole: "Regardez, regardez, c'est pas une rumeur ! Il vont faire caresser les zizis des garçons entre eux !".

    D'où mon petit message ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je répète : si moi, je l'ai vu, les réacs l'ont vu avant moi. Ils s'appuient sur des failles du système: ne pas les reconnaitre, c'est là la faute. Associer une danse à une séduction, c'est là le souci. Alors que l'expression corporelle est un jeu, et à cet âge, aucunement une quelconque démarche de séduction. Ou alors expliquez-moi, comment on arrive, en parlant de séduction, à parler de caresses.
      La relation qu'ils ont avec l'autre ne regarde pas l'école.
      Un garçon ne danse pas comme une petite fille et vice-versa : un garçon est incapable, sauf exception, de faire des pointes, une fille est incapable, sauf exception de faire des portées aussi solides qu'un garçon.
      Quand au fait qu'un garçon puisse aimer danser, ce n'est pas la peine de faire mumuse avec un conte pour enfant servant depuis des centaines d'années à prévenir les prédateurs, afin qu'on le voit.
      Dans les clips vidéo, on voit autant les hommes danser que des femmes : seulement Usher, ce n'est pas Madonna, ils le savent bien.

      J'essaie simplement de montrer que lorsqu'on gouverne, on se doit de maîtriser les réformes qu'on met en place, et non pas renvoyer à des fiches pédagogiques qui sont pour le moins hasardeuses, et montrant des maladresses flagrantes.

      D'ailleurs, ce que vous me prêtez, comme message, est faux. Où avez-vous vu que j'ai dit:
      "Regardez, regardez, c'est pas une rumeur ! Il vont faire caresser les zizis des garçons entre eux !".
      Dites-moi, citez-moi donc le passage. Là, c'est vous qui extrapolez.

      Supprimer
  5. Vous avez regardé la fiche pédagogique du Petit Chaperon Rouge avec le biais de l'actualité qui fait aujourd'hui polémique autour du sexe à l'école primaire.

    Or, des documents de cette nature à destination des enseignants, il en existe depuis des années sans qu'ils posent jusqu'à présent le moindre problème. Certains, issus d'équipes pédagogiques au sein de nos multiples académies, sont librement accessibles sur le Net. Si vous faites une petite recherche autour de ceux concernant la danse, l'expression corporelle à la maternelle ou à l'école primaire, vous pourrez facilement y trouver ce que vous appelez des messages tendancieux. C'est ce que je viens de faire, et je n'ose imaginer ce que de les phrases rencontrées au hasard de ces fiches pédagogiques pourraient provoquer chez des esprits mal tournés (je ne parle pas de vous mais de gens qui croient voir du sexe partout). Ce sont des consignes données aux enfants :

    « Je montre avec mon index une partie du corps de l'autre. Ce geste provoque une réaction sur son corps »
    « Un élève invente une forme. Son partenaire l'entoure sans l'enfermer »
    « Le danseur caresse, griffe son partenaire »
    « Par deux, côte à côte, trouvez toutes les façons de se toucher »
    « Les élèves se tiennent serrés, en mêlant les parties du corps de leur choix »

    Je vais arrêter là ma lecture, tous ces corps enfantins qui se frôlent, qui se touchent. Vais-je devenu pédophile ?

    Non, dieu m'en préserve. La danse, de toute façon, c'est pour les tapettes. Ouf ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyez la réponse que j'ai faite à Gérard plus haut.
      Et puis, vous êtes vraiment curieux en ce moment, vous...cette obsession des homosexuels, là...

      Sérieusement, c'est pas d'enseigner la danse pour tous qu'on leur demande, aux enseignants, c'est de leur apprendre à lire, écrire et compter, afin d'avoir un job.
      Quoi qu'ils seront bien contents de savoir danser quand ils pointeront à Pôle Emploi, afin de patienter dans la file d'attente...
      C'est quand même terrible de devoir il y a deux jours expliquer à sa fille de 16 ans ce qu'est la laïcité, l'origine du concept au Moyen-âge, La Révolution, les lois de 1870, celles de 1905 etc...
      Faut dire que les profs doivent se concentrer sur tellement de choses, comme la danse...

      Supprimer
    2. Vous ne me connaissez pas, donc ne parlez pas de mes supposées obsessions...

      Si vous souhaitez que les gens s'intéressent à des choses plus importantes que la danse à l'école, n'en faites pas plusieurs articles de suite en poussant des cris d'orfraie, vous attirez les mouches et vous vous faites du mal.

      Supprimer
    3. Justement, j'ai seulement noté que vous ramenez sur le sujet, faut vous calmer, un peu, vous vous faites du mal.
      Quand à moi, ce n'est pas le seul article que j'ai consacré à l'école, dans ce blog, alors je crois que vous devriez être plus attentif.
      A force de vouloir avoir raison, vous en êtes de très mauvaise foi. Franchement dommage.

      Supprimer
  6. Bon courage avec vos trolls de gauche…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne se moque pas! Mais si c'est sincère, là, c'est différent .

      Supprimer
    2. Les vieux réacs nauséabonds sont toujours sincères, c'est même à ça qu'on les reconnaît et c'est pour ça qu'on les aime.

      Supprimer
  7. Les trolls de gauche sont de sortie sur votre Blog, un vrai bonheur ! Depuis que leur théorie du djèndeure (c'était pourtant grave cool, rien que le nom) a fait pschitt, ils sont énervés.
    Il faut dire que c'est terrible, quand on se croit dans le Camp du Bien, du Bon et du Progrès (ils adorent les majuscules), de se faire ridiculiser par le premier généticien venu, voire par n'importe quel père ou mère de famille doués d'un semblant de raison.
    Tout ce qui leur reste, c'est taper à toute vitesse, sur leurs claviers fumants de sueur, une pluie de stéréoptypes (facho, réac, obscurantiste, catho-tradi, hétérosexuel blanc de droaââte !) pour tenter de sauver les meubles.

    Plus sérieusement, la théorie du genre est de la cigüe qu'on fait passer pour du persil. Une abondante littérature, accessible sur le Net, traite de ses conséquences sociales (déséquilibres mentaux en cascade dans les pays nordiques qui l'appliquent depuis plus de trente ans). Elle doit quitter nos écoles au plus tôt.

    RépondreSupprimer
  8. Perso, j'ai lu les fiches pédagogiques, dont celle évoquée ici. J'ai pointé, dans la fiche

    À la fin de la séquence (10 à 12 séances), les élèves sont capables d’établir des règles d’action pour tous les rôles (si je vois ça… alors je fais ça…).
    Qu’est-ce qu’un gendarme efficace ?
    Qu’est-ce qu'un voleur malin ?
    Qu’est-ce qu’un prisonnier actif ?

    Voilà le genre (>_<) d'objectifs éducatifs d'une des fiches pédagogiques tirés du site ABCD de l'égalité, supports pédagogiques, fiche "Gendarmes et voleurs"

    Voilà, suffit de lire, après, c'est une histoire d'éclairage.

    RépondreSupprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer