Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

lundi 17 février 2014

Homosexualité, normalité et dérives

L'homosexualité est un comportement sexuel et social minoritaire, en France, on dénombrerait environ 200 000 couples, 20 000 enfants seraient concernés directement en ayant un parent homosexuel ( ce qui ne veut pas dire famille homoparentale, attention) et ces couples seraient en majeure partie masculins à 60%.
On est loin du cliché des deux lesbiennes qui s'aiment et ont beaucoup d'enfants. Elles ne sont pas représentatives.
Ce qui se retrouve en terme de minorité en France, l'est à l'échelle du monde.
L'homosexualité n'est pas une forme de reproduction sexuelle, qui est naturellement hétérosexuelle, comme tout mammifère et animal.
L'homosexualité n'est donc pas une norme mais on ne peut pas, si l'on sort de la reproduction, qualifier une sexualité de normale par rapport à une autre. La fellation, si prisée dans les discours de certains blogueurs potaches, n'a rien non plus de "normal", si l'on se base sur cette même reproduction. On n'a jamais vu quelqu'un tomber enceinte après une turlutte.

Mais soyons réalistes : l'homosexualité est incomprise par la plupart des hommes et des femmes sur Terre, parce qu'il est impossible à des hétérosexuels de savoir ce que ressentent des homosexuels, il faut faire des efforts vers une représentation figurée et abstraite de la chose, et cela demande une certaine volonté. En effet, pour la plupart des êtres humains, s'imaginer au lit avec une personne du même sexe, amoureux ou amoureuse de cette même personne, et vivant en couple avec relève de la science-fiction: c'est impossible.
C'est une réalité. Les hétérosexuels doivent faire des efforts afin d'accepter des homosexuels, en ont-ils tous envie? De quel droit on leur impose de faire ces efforts en direction des homosexuels?
La sexualité des autres doit-elle être imposée par la loi? Cette sexualité individuelle doit-elle sortir du cadre privé?

Telles sont ces questions qui agitent les USA en ce moment.
Le Kansas a mis en avant , en réaction à des lois visant à réprimer l'homophobie, la liberté de conscience et de choix, qui aboutirait à une ségrégation... Terrafemina nous informe qu'un patron aura le droit de licencier un homosexuel identifié comme tel si le choix de vie de ce dernier l'importune au niveau de ses convictions.
Dans le même État,  un garçon de 13 ans a été suspendu dans son école pour avoir exhibé un sac typiquement féminin.

Ces mêmes questions agitent la Russie aussi. On nous informe que :"La promotion de relations sexuelles non-traditionnelles n’a donc pas sa place dans nos pages". C'est un journal Russe qui refuse de passer une publicité "gay et friendly" d'une radio française, qui l'affirme. Ce qui est quand même curieux, c'est que je ne trouve aucune homophobie dans ces lignes. Il est évident que les lois qui répriment les comportements homosexuels en public dérivent fortement vers des actes brutaux et homophobes. Bon, nous en avons aussi, chez nous, faut dire.
Juste un aparté: je trouve gonflé de traiter la Russie comme un état paria en salissant les JO, alors qu'on est incapable d'empêcher des gens chez nous de dire que les "Roms n'ont pas vocation à rester en France"...entre autres...et qu'on a fait passer des circulaires afin d'empêcher des actions de boycotts , issu de sa liberté de conscience...

Surtout que l'homophobie se renforce, en France. A Toulouse, des tags judéophobes anti-israéliens et homophobes ont été retrouvés partout, portant le sigle de l'extrême-droite. Le discours de ceux-ci est simple et se retrouve de plus en plus banalisé: si t'es juif et homo, t'as tous les droits en France...Ce discours, on le retrouve à des degrés plus ou moins forts dans toute la société. La parole raciste décomplexée , portée par la récente affaire Dieudonné, l'adoption du  mariage pour tous, se porte bien. On imagine un complot judéo-homo-maçonnique...

Mais il y a une incompréhension totale du phénomène.
Voir cet article de slate qui essaie de décrypter l'homophobie, en l'analysant comme une fragilité de l'hétérosexualité, alors que l'homophobie nait maintenant d'une réaction de défense contre un certain "politiquement correct" et une réaction contre la tentation gouvernementale d'imposer des normes en matière de sexualité.
Il faut admettre que des gens ne sont pas forcément des dangers publics s'ils pensent que l'homosexualité n'est pas une sexualité admissible, tant qu'ils ne sont pas violents contre, alors qu'il devient de plus en plus admis que des islamophobes auraient le droit de cité, comme Rioufol, par exemple.
Il faut surtout admettre qu'une bonne partie de nos concitoyens considèrent que le sexe est d'ordre privé, que l'homosexualité ne semble pas naturelle et n'ont aucune envie de comprendre et de compatir aux affres de l'identité homosexuelle, car le genre, ce fameux mot qui n'a pas de réalité physique pour beaucoup, est surtout là afin d'aider les homosexuels, il ne sert à rien dans un cadre social classique, traditionnel, naturel.

Une bonne partie des gens ne veulent pas qu'on enseigne à l'école que la sodomie est un acte courant, sans être homophobe, non plus.
On en arrive à un sentiment diffus d'hétérophobie ressenti par ceux qui ne sont pas "gays et friendly", d'autant plus que pour la majorité, les homosexuels sont surtout des hommes ( confirmé par le recensement de l'INSEE) et qu'elle ne comprend pas ce que le genre et la lutte contre l'homophobie fait dans la volonté de l'égalité homme/femmes, faite pour la moitié féminine de la population, encore plus majoritairement hétérosexuelle que l'autre...ce qui renforce tous les clichés machistes les plus malsains, en plus, car on ne va pas tarder à dire qu'on veut" transformer les vrais mâles en tarlouze pour le règne des femelles"...
Il est vrai que pour le coup, on cherche la logique de Peillon et de Belkacem, là-dedans...
Preuve que le lit ( ou "la lie") de l'extrême-droite est faite par les erreurs des grands partis au pouvoir, tiens...

Il faut aussi être logique : on nous balance des études qui font peur, tellement elles sont stupides, ou font rire...Cette dernière est censée dire que, plus les pays sont avancés économiquement, moins ils sont homophobes, alors qu'on sait que l'Europe et les USA sont en crise sociétale et économique profonde, et que la réalité fait que des états décrits comme homophobes sont en plein essor économique et dynamisme...

Il n'y a aucune corrélation entre l'homophobie et le dynamisme économique d'un pays. D'ailleurs, le social n'est pas inféodé à l'économie, encore moins le sociétal, mais ça, c'est une autre histoire...

En conclusion, nous ne pouvons pas être aussi manichéens face à ceux d'entre nous qui n'arrivent pas à comprendre l'homosexualité. L'homosexualité n'est pas un choix, l'hétérosexualité non plus,  il faut aussi comprendre que l'homophobie n'en est pas forcément un au départ, même si il est possible de ne plus être homophobe alors qu'il est impossible à un homo de devenir hétérosexuel...


Seulement, c'est en contradiction avec certaines études de genre, qui sous-entendent que tout serait affaire de choix, en oubliant le libre-arbitre des autres...
Si les hétéros doivent comprendre les homos, alors il faudrait aussi que les LGBT, qui se sont auto-proclamés représentants des homosexuels, comprennent les hétérosexuels. La tolérance n'est jamais à sens unique.




2 commentaires:

  1. Je ne vais pas me lancer dans un cours de zoologie mais lorsque tu écris que la reproduction est naturellement hétérosexuelle pour les mammifères et animal ..... C'est vrai pour les mammifères mais c'est faux pour pleins d'animaux ...... En fait vouloir comparer la sexualité humaine aux diverses sexualités animales ça ne sert à rien ....
    Bon , ceci dit ton texte ne traite pas de cela .... Mais je relève ce point ......
    Bon , le concept de "normal" et "anormal" est souvent confondu avec celui de pathologique et sain .... En fait cela n'a pas de sens , mais c'est le cas ..... Souvent on dit : "il ou elle est anormal e" en sousentendant : "il ou elle est malade" ...... Je pense que le mot "normal" représente là un phénoméne statistique , rien de plus .... Statistiquement les humains hétérosexuels sont plus nombreux et donc l'hétérosexualité est la norme ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à vrai dire la question de la normalité sexuelle ne s'est jamais posée pour moi. Je suis père de trois filles que j'aime, et je les aime tel quelle. Par conséquent si l'on est un peu humaniste sur ce sujet, en effet la sexualité est affaire de vie privée et toute femme ou homme est respectable tout simplement parce que c'est une femme, un homme peu importe sa sexualité. Le mariage homosexuel, n'empêche pas les hétéros de ce marier, alors pourquoi ce déchainement de violence.

      Supprimer


Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer